Un cyclone tropical vu de l'espace. Cette masse d'air tournante engendre des vents très puissants et représente une énergie colossale. Pourquoi ne pas tenter d'en extraire une minuscule partie ? © 3dmotus, Shutterstock

Planète

Challenergy, l'éolienne qui tire son énergie... des typhons

ActualitéClassé sous :énergie renouvelable , Challenergy , éolienne

Par Jean-Luc Goudet, Futura

-

Au Japon, l'entreprise Challenergy vient d'installer à Okinawa une éolienne à axe vertical, exploitant l'effet Magnus, qui ne peut fonctionner que dans les typhons. Au pays du nucléaire couchant, qui doit importer 80 % de son énergie, on y croit. Chacun de ces phénomènes météorologiques géants, expliquent les inventeurs, contient assez d'énergie pour alimenter le Japon durant 50 ans.

Alors que les éoliennes classiques doivent être arrêtées par grand vent (les pales étant tournées dans le sens du vent), des ingénieurs japonais veulent faire l'inverse : mettre en marche leur installation quand un cyclone tropical dévastateur (on dit typhon dans cette région du monde) traverse l'archipel nippon. On pourrait sourire mais l'entreprise Challenergy va jusqu'au bout de l'idée avec un modèle expérimental à Okinawa. Dans ce pays en quête d'énergie depuis l'accident de Fukushima et le coup de frein aux sources nucléaires, toutes les pistes doivent être explorées.

Les ingénieurs avancent une information qui a du succès dans les médias : un seul typhon représente une quantité d'énergie égale à la consommation du Japon en cinquante ans. Bien sûr, pour en profiter pleinement, il faudrait récupérer toute l'énergie du typhon, ce qui est impossible. L'éolienne de Challenergy n'ira pas jusque-là mais attend les prochaines bourrasques pour faire ses preuves.

Dessin de l'éolienne de Challenergy. Les trois cylindres noirs sont en rotation. Sous l'action du vent apparaît une force perpendiculaire au flux d'air (par effet Magnus), ce qui fait tourner l'ensemble autour de l'axe vertical. © Challenergy

L'effet Magnus pour une éolienne omnidirectionnelle

Cette éolienne verticale très particulière est constituée d'un axe autour duquel tourne, non pas des pales, mais une sorte de tourniquet portant trois cylindres tournants. L'avantage de la solution est d'être omnidirectionnelle : l'engin n'a pas besoin d'être orienté dans le sens du vent. Les « pales » sont donc ces cylindres mis en rotation et sur lesquels l'air en mouvement engendre une force latérale par effet Magnus.

C'est ce phénomène qui donne des trajectoires courbes aux ballons de football et aux balles de tennis, par exemple. Il existe déjà des éoliennes exploitant l'effet Magnus, mais aucune n'est prévue pour tourner par des vents aussi puissants que ceux d'un cyclone tropical, un ouragan ou un typhon (les trois appellations du même phénomène).

Quelle puissance peut atteindre cette éolienne ? D'après CNN, Challenergy avance un rendement de 30 %, mais sans préciser la méthode de calcul. Il faudra attendre qu'un cyclone tropical passe sur cette éolienne pour réaliser des mesures en situation réelle. En 2016, le Japon a vu passer sur son territoire six typhons.

Quand l’effet magnus fait s’envoler les éoliennes  Près de Lisbonne, des chercheurs de l’entreprise portugaise Omnidea développent une éolienne d’un nouveau genre. Proche d’un ballon dirigeable, elle utilise les vents de haute altitude pour générer de l’électricité en abondance. La chaîne Euronews nous en parle dans ce nouvel épisode de Futuris.