Les barrages, en changeant le régime des cours d'eau, modifient l'activité biologique aquatique et favorisent les émissions de différents gaz à effet de serre, dont le méthane. Le phénomène serait plus important que prévu. Ici le barrage de Sanetsch, dans le canton du Valais, en Suisse. © Ludovic Péron, CC by-sa 2.5

Planète

Réchauffement climatique : les barrages hydrauliques émettraient des gaz à effet de serre

ActualitéClassé sous :Réchauffement , barrage hydraulique , lac artificiel

Du CO2 au méthane, les retenues d'eau derrière les barrages hydrauliques émettent des gaz à effet de serre, produits par l'activité biologique. Ces quantités injectées dans l'atmosphère ont été sous-estimées de 25 %, affirment des chercheurs américains.

D'après une équipe de l'université d'État de Washington, les barrages hydrauliques émettent de grandes quantités de gaz à effet de serre : dioxyde de carbone (CO2), méthane (CH4) et oxydes d'azote (NOx). Les conséquences sur l'atmosphère seraient loin d'être négligeables, expliquent les auteurs dans un communiqué de l’université. À l'échelle de la planète, ces émanations équivaudraient, pour leur effet sur le réchauffement, à un milliard de tonnes de dioxyde de carbone par an, soit 1,3 % des émissions humaines mondiales.

C'est la rétention de matière organique au fond de ces retenues d'eau qui explique ce dégagement de gaz à base de carbone et d'azote. En fait, parmi ces émissions, l'effet serait principalement dû au méthane, un gaz à l'effet de serre bien plus important (une trentaine de fois) que celui du CO2. Selon ces chercheurs, le méthane contribuerait à hauteur de 80 % à l'effet de serre induit par ces lacs artificiels.

Pour parvenir à cette conclusion, qui corrobore d'autres études mais avec des chiffres plus élevés, ces scientifiques, dont l'article est annoncé à paraître dans la revue Bioscience, ont analysé des travaux antérieurs (c'est donc une « méta-étude »). En prenant en compte « davantage de gaz à effet de serre que les études précédentes », dixit John Harrison, l'un des auteurs qui s'exprime dans le communiqué de l'université de Washington, il apparaît que les émissions sont 25 % plus élevées que ce que l'on pensait.

Jusque-là, il semblait que les barrages les plus émetteurs de gaz à effet de serre étaient ceux situés en région tropicale et de création plus récente. Cependant, selon les auteurs, les paramètres seraient plus nombreux que la latitude et l'âge de la retenue d'eau. Il faut déterminer, expliquent-ils, l'activité biologique et préciser les émissions de méthane. Voilà l'impact des barrages hydrauliques sur l'environnement de nouveau questionné...

Cela vous intéressera aussi

La fonte du pergélisol favorise le réchauffement climatique  Le pergélisol, ou permafrost en anglais, regroupe les sols de notre planète qui sont gelés en permanence. Menacé de fonte définitive par le réchauffement climatique, sa disparition inquiète les scientifiques. Le Cnes nous en dit plus au cours de cette vidéo.