Le monoxyde d’azote est aussi un polluant émis par les pots d’échappement. © JOVO, Fotolia

Sciences

Monoxyde d'azote

DéfinitionClassé sous :chimie , monoxyde d'azote , oxyde nitrique

Par Marie-Céline Jacquier, Futura

 

Le monoxyde d’azote (NO), aussi appelé oxyde nitrique ou oxyde azotique, est un gaz dont la molécule comporte un atome d'azote et un atome d'oxygène.

Monoxyde d'azote : formule, pollution et autres oxydes d'azote

La formule du monoxyde d'azote est NO.

Il ne faut pas le confondre avec deux autres oxydes d’azote : le protoxyde d'azote (N2O) et le dioxyde d'azote (NO2). Dans l'air, les NOx (monoxyde d'azote et dioxyde d'azote) sont considérés comme des polluants. Ils sont produits par les transports.

Le monoxyde d'azote s'obtient par oxydation de l'ammoniac (NH3) ou par réaction entre le diazote N2 et le dioxygène O2. S'il se présente sous forme gazeuse dans l'air atmosphérique à température ambiante, NO peut être dissous dans l'organisme, où il joue des rôles biologiques. NO cède facilement un électron : il est réducteur. L'ion NO+ (nitrosyle) est un ligand des métaux de transition.

Propriétés biologiques du NO dans l’organisme

Dans l'organisme, le NO est fabriqué à partir de la L-arginine, grâce aux enzymes NO-synthases (ou NOS). Différentes cellules produisent du NO : cellules endothéliales, macrophages, cellules du foie et neurones.

Au niveau des vaisseaux sanguins, NO a un effet vasodilatateur. C'est pourquoi des composés nitrés sont utilisés comme traitement dans des maladies cardiovasculaires. Au niveau des neurones, NO est un neurotransmetteur. Il pourrait jouer un rôle dans la mémorisation.

En 1998, le prix Nobel de médecine et de physiologie a récompensé les travaux de Robert F. Furchgott,  Louis  J. Ignarro et  Ferid  Muradqui sur le NO.

Interview 4/5 : la pollution, quels risques pour la santé ?  Avec l’augmentation des taux de pollution se pose la question de son impact sur la santé humaine. Chaque polluant a des effets différents, certains immédiats et visibles, d’autres retardés et plus insidieux. Afin de clarifier la question, nous avons interviewé Philippe Hubert, directeur des risques chroniques de l’Ineris.