Une belle reconstitution de Capinatator praetermissus, un ver sagittaire, grand chasseur des mers du Cambrien ayant vécu il y a 500 millions d'années. © Marianne Collins, musée royal de l'Ontario

Planète

Ce ver du Cambrien était une terreur des mers

ActualitéClassé sous :paléontologie , Nature , zoologie

Capinatator praetermissus était un prédateur redoutable dans les océans qu'il fréquentait il y a environ 500 millions d'années. Remarquablement conservés, des fossiles de ce « ver sagittaire » éclairent d'un jour nouveau la très longue histoire des chaetognathes, ces animaux d'aujourd'hui qui fascinent les zoologistes.

  • Cinquante spécimens d'une espèce de chaetognathes, jusque-là inconnue, ont été identifiés dans des fossiles des schistes de Burgess, appartenant au musée royal de l'Ontario, au Canada.
  • Ils ressemblent aux espèces actuelles, bien présentes dans le plancton, où ils sont des prédateurs.
  • La nouvelle espèce vivait au Cambrien et montre que ce groupe à l'origine énigmatique était déjà bien diversifié juste après l'explosion cambrienne, avec des espèces de grandes tailles.

Cinquante spécimens d'un drôle de petit animal ont été exhumés dans les schistes de Burgess, en Colombie-Britannique (Canada). Ce monstre est un ver avec une large tête bordée de 50 crochets. Il ne mesure que 11 cm mais sa découverte est remarquable à plus d'un titre. D'abord à cause de son âge, plus de 500 millions d'années, ce qui situe cette espèce dans le Cambrien, période qui a débuté avec un épisode de diversification intense appelée explosion cambrienne. Cette époque était même considérée comme la première de « l'ère primaire », quand cette terminologie avait court (on préfère aujourd'hui Paléozoïque), les quatre milliards d'années qui l'avaient précédée sombrant dans le « Précambrien ».

Le lieu de la découverte, lui aussi, parle au paléobiologiste. La description, ou plutôt la redescription, de l'étonnante « faune de Burgess », découverte par hasard dans ces schistes en 1911, avait montré l'apparition des grands types d'organisation des animaux actuels (arthropodes, mollusques et vertébrés, notamment).

Le grand chaetognathe du Cambrien en train de nager et de chasser. © Lars Fields, musée royal de l'Ontario, YouTube

Ce ver sagittaire est remarquablement conservé

Les 50 individus mis au jour sont exceptionnels aussi par leur état de conservation, surtout celui de leurs parties molles, ce qui est très rare... mais pas à Burgess. C'est précisément ce qui a fait la valeur des fossiles écrasés dans ces schistes, comme des feuilles ou des fleurs entre les pages d'un herbier.

Dans l'article publié dans Current Biology, les deux auteurs (Derek Briggs, et Jean-Bernard Caron) décrivent leur ver comme un chaetognathe. Rien d'audacieux : ces animaux sont bien connus, en particulier parmi la faune du Cambrien, et ils existent toujours de nos jours. Ces modestes « vers sagittaires » (ils ressemblent à des flèches) proposent aux zoologistes une jolie énigme. Il a fallu leur forger un « embranchement », dans l'ancienne classification, pour eux tout seuls. Ils ne ressemblent en effet à aucun autre groupe, si ce n'est par des similitudes avec des animaux très éloignés les uns des autres, ce qui n'arrange rien.

Les crochets de l'animal, bien installés sur la tête, autour de la bouche, forment un piège pour saisir des proies. © Musée royal de l'Ontario

Les énigmatiques chaetognathes, des monstres planctoniques

De plus, ils sont étrangement restés inchangés depuis le Cambrien. Dans les schémas de filiation des espèces vivantes, la ligne menant aux chaetognathes est toujours longue, venant de loin, et représentée par des pointillés. Tout juste, aujourd'hui, les apparente-t-on, avec précautions, aux « Protostomiens », qui réunissent (entre autres) les vers de terre, les arthropodes et les mollusques.

Aujourd'hui présents dans toutes les mers, ils mesurent souvent quelques millimètres. Au sein du plancton, ils sont de redoutables prédateurs, l'équivalent des grands requins ou des orques à notre échelle. Sur la tête, les crochets, énormes, ne laissent guère de chances à leurs victimes, des larves de poissons et de crustacés par exemple. Leur nom, chaetognathe, signifie « chevelure-mâchoire », car c'est là leur caractéristique première.

Très efficace, cet armement a été conservé intact depuis un demi-milliard d'années, comme en témoigne Capinatator praetermissus, le nom de baptême donné par ses découvreurs, Derek Briggs et Jean-Bernard Caron. Le genre est nouveau, Capinator pouvant se traduire par « nageur agrippant » et le nom de l'espèce signifiant « longtemps passé inaperçu », comme l'explique le communiqué du musée royal de l’Ontario, responsable de la découverte, auquel appartient Jean-Bernard Caron et qui recèle les trésors des schistes de Burgess.

Lui aussi a des crochets. Ils sont même énormes et au nombre de 25 paires, ce qui est beaucoup par rapport aux espèces actuelles. Ces fossiles montrent qu'au Cambrien, ces vers devaient être plus gros et vivaient assez près des fonds. Ils devaient alors jouer un grand rôle dans les chaînes alimentaires de l'époque, après s'être diversifiés durant l'explosion cambrienne.