Sciences

Qu'était la Terreur pendant la Révolution française ?

Question/RéponseClassé sous :Époque contemporaine , Homme , Terreur

La Terreur désigne une période de la Révolution française (1793-1794) qui a vu se radicaliser par la violence les mouvements républicains en France.

L'exécution de Robespierre et de ses partisans met fin à la Terreur le 28 juillet 1794. La Terreur aura causé la mort de plusieurs dizaines de milliers de personnes. © Wikimedia Commons, DP

Une guerre contre les ennemis de la République

Le 10 août 1792, la monarchie de Louis XVI est renversée, et est alors créée une nouvelle assemblée, la Convention. Trois grands partis politiques y siègent : les Girondins, le Marais et les Montagnards. Ces derniers sont les plus attachés aux volontés du peuple, et prêts à radicaliser leur mouvement. La situation de la France, attaquée par les monarchies européennes coalisées, donne l'occasion aux montagnards, sous l'impulsion de Robespierre, de partir en guerre contre les ennemis de la Révolution, qu'ils soient aux frontières ou à l'intérieur du pays (guerre de Vendée, insurrections royalistes).

La Grande Terreur et la Révolution française

Au cours de la Révolution, c'est paradoxalement en défendant le principe de liberté du peuple que Robespierre va imposer une véritable dictature politique. Un tribunal révolutionnaire est mis en place en mars 1793 comme organe central de la répression. La Terreur est officiellement déclarée par la Convention le 5 septembre 1793. Les Girondins, accusés d'être trop mesurés, sont guillotinés en place publique, comme bientôt tous les adversaires déclarés ou soupçonnés de la République. C'est un véritable bain de sang dans toute la France, qui prit fin en juillet 1794 avec la chute de Robespierre et de son clan.

À savoir

Les Montagnards étaient appelés ainsi car ils siégeaient sur les bancs les plus hauts de la Convention.