Mots-clés |
  • géologie,
  • paléontologie,
  • Terre,
  • mer,
  • océan,
  • croûte terrestre,
  • Environnement

L’explosion cambrienne déclenchée par plusieurs transgressions marines ?

Il y a 542 millions d'années apparaissaient, durant une période de quelques dizaines de millions d'années seulement, les grandes lignées d'animaux multicellulaires, comme les vertébrés et les arthropodes. Les lignées végétales et bactériennes se sont elles aussi diversifiées. Quel fut le déclencheur de cet événement planétaire ? La libération massive d'ions dans les océans, due à une érosion devenue intense, affirme une équipe américaine. Les organismes marins auraient utilisé ces polluants pour fabriquer des squelettes et des coquilles, une invention qui leur fut très profitable.

Trilobite trouvé dans les schistes de Burgess. Cette classe disparue d'arthropode serait apparue lors de l'explosion cambrienne. © Smith609, Wikimedia common, CC by-2.5 Trilobite trouvé dans les schistes de Burgess. Cette classe disparue d'arthropode serait apparue lors de l'explosion cambrienne. © Smith609, Wikimedia common, CC by-2.5

L’explosion cambrienne déclenchée par plusieurs transgressions marines ? - 3 Photos

PDF

Les premières formes de vie seraient apparues sur Terre il y a 3,5 milliards d’années. Curieusement, ces êtres restèrent en grande majorité unicellulaires (vivant parfois en colonies) jusqu’à l’explosion cambrienne survenue il y a seulement 542 millions d’années. Cet événement vit alors naître de nombreux organismes pluricellulaires et des structures biominérales (par exemple des coquilles) en seulement quelques millions d’années, preuve d’une accélération soudaine de l’évolution (comme en témoignent par exemple les schistes de Burgess). Mais quel a été le facteur déclenchant ? Cette question taraude de nombreux scientifiques depuis longtemps car peu d’hypothèses convaincantes ont été apportées.

Il existe pour la même époque une autre grande curiosité, mais cette fois d’ordre géologique, clairement observable dans le Grand Canyon. L’analyse des couches stratigraphiques de cette région révèle l’histoire de la Terre sur près de 2 milliards d’années, ou presque, car il reste plusieurs discordances chronologiques. Ainsi, il n’y a pas de trace de roches datant de l’époque de l’explosion cambrienne. Des sédiments âgés de 525 millions d’années reposent directement sur des roches métamorphiques de 1.740 millions d’années et des couches sédimentaires inclinées âgées de 1.200 à 740 millions d’années. Des roches sédimentaires « jeunes » provenant de mers peu profondes recouvrent donc de « vieilles » roches sans aucune continuité logique. Mais une question se pose : a-t-on vraiment perdu des informations sur l’évolution de la Terre pendant 215 millions d’années à cause de cette inconformité géologique ?

Il semble bien que non. Selon Shanan Peters de l’université de Wisconsin–Madison, cette absence de données géologiques permettrait d’expliquer le mécanisme déclencheur de l’explosion cambrienne. Les résultats obtenus par l’équipe de ce chercheur sont présentés dans la revue Nature. L’inconformité résulterait d’une succession d’événements géologiques ayant causé la libération massive d’ions dans les océans. Les animaux se seraient adaptés en synthétisant des cristaux pour se débarrasser de ces éléments potentiellement néfastes, donnant ainsi naissance à la biominéralisation. Cette dernière changea alors radicalement le cours de l’évolution, tant les avantages qu’elle apporte sont nombreux.

Le Grand Canyon s'étend sur 450 km de long et possède une profondeur moyenne de 1.300 mètres. Les strates visibles permettent littéralement de lire l'histoire géologique du continent nord-américain. © stewartmorris, Flickr, CC by-nc-nd 2.0
Le Grand Canyon s'étend sur 450 km de long et possède une profondeur moyenne de 1.300 mètres. Les strates visibles permettent littéralement de lire l'histoire géologique du continent nord-américain. © stewartmorris, Flickr, CC by-nc-nd 2.0

 

L’explosion cambrienne serait liée à un trop plein d'ions

Ces explications font suite à l’analyse des propriétés géochimiques de plus de 20.000 échantillons de roches prélevés en Amérique du Nord.

Au début du Cambrien, les mers seraient montées et descendues à plusieurs reprises, en érodant à chaque fois les substrats rencontrés et mettant ainsi à nu d’anciennes roches provenant directement des profondeurs de la croûte terrestre. Cette succession de transgressions marines explique donc la disparition de plusieurs couches stratigraphiques. Exposées à l’air et à l’eau, les roches crustales auraient réagi chimiquement, libérant dans les océans de grandes quantités d’ions calcium, potassium, fer et silice. La chimie de l’eau fut alors profondément modifiée.

Un dernier retour des mers il y a 525 millions d’années provoqua le dépôt de sédiments plus jeunes. De nombreuses traces géologiques confirment ces événements (couches de glauconite et d’autres roches particulièrement riches en potassium, fer et silice).

Ce schéma montre bien la brutale accélération de l'évolution au Cambrien avec apparition de beaucoup de genres d'espèces vivantes (Diversity). © AR Marshall CR. 2006, Annu. Rev. Earth Planet
Ce schéma montre bien la brutale accélération de l'évolution au Cambrien avec apparition de beaucoup de genres d'espèces vivantes (Diversity). © AR Marshall CR. 2006, Annu. Rev. Earth Planet

Des minerais pour évacuer le trop plein d’ions

Chaque organisme vivant maintient un équilibre ionique avec le milieu. L’arrivée massive d’ions dans l'environnement marin a dû profondément perturber cette balance. Plusieurs espèces se seraient mises à stocker leurs excédents en ions calcium, potassium, fer et silice sous forme de minerais afin de rétablir l’équilibre. Cette stratégie a deux avantages : les effets des particules chargées sont limités et elles ne sont pas rejetées dans le milieu où elles pourraient à nouveau jouer un rôle néfaste.  

Voilà pourquoi les trois biominéraux majoritairement présents au sein des organismes vivants seraient apparus lors de l’explosion cambrienne. Le phosphate de calcium est le constituant principal de nos os et dents. Le carbonate de calcium entre quant à lui dans la biosynthèse des coquilles d'invertébrés. Et le dioxyde de silicium est utilisé par les radiolaires, du zooplancton, pour synthétiser leur « squelette » siliceux.

Les avantages évolutifs procurés par ces minéraux sont conséquents puisqu’ils sont utilisés pour la conception de coquilles et d’épines (rôle de protection), de squelettes (rôle de soutien) et de griffes ou dents (rôle dans la prédation). Leur apparition permet de mieux comprendre le changement soudain du cours de l’évolution. 

Ce que certains qualifiaient de « trou » dans les enregistrements de l’histoire de la Terre se révèle en réalité être une source d’information d’une valeur inestimable. La « grande inconformité » (traduction du terme anglais Great Unconformity) révèle ainsi un mécanisme probable du déclenchement de l’explosion radiative du Cambrien.


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires