Cyril Roget, directeur de la communication scientifique et de l'innovation du Groupe Michelin nous présente le pneu Vision que le manufacturier français présente jusqu'à dimanche sur le stand Michelin au Salon du Bourget (Hall 2A C253). Visionnez son interview filmée. 

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Sept impressions 3D incroyables à découvrir en vidéo L’impression 3D est en train de révolutionner la façon dont nous concevons, développons et connull

Au Salon du Bourget, sur son stand (Hall 2A C253), Michelin, le fabricant de pneumatiques français présente un concept avant-gardiste de pneumatique. Une démonstration qui laisse penser qu'il s'agit là du pneupneu de voiturevoiture ultime.

Baptisé Vision, ce concept de pneu a été présenté pour la première fois en juin 2017 à la conférence Movin'On dédiée à la mobilité durablemobilité durable. Sa mise en service n'est pas envisagée avant l'horizon 2030.

Le pneu Vision est taillé en une seule et unique pièce. L'ensemble représente à la fois jante et gomme traditionnelles. D'aspect alvéolé, il sera fait de matériaux bio-sourcés et ne sera pas polluant. Ce pneu, recyclable en fin d'utilisation, devrait durer durant toute la vie du véhicule.

De par sa conception, il est sans airair, ce qui évite tout risque de crevaisons et les problèmes liés à la surveillance de la pressionpression. Sa gomme sera réimprimable grâce à des machines 3D au fur et à mesure de sa dégradation ou bien si le pneu est endommagé. Enfin, Vision sera connecté et informera en temps réel de son état et de son niveau d'usure.

Le pneu Vision de Michelin présenté par Cyril Roget, directeur de la communication scientifique et de l'innovation du Groupe Michelin, lors du Salon du Bourget 2019. © Rémy Decourt, YouTube


Michelin Vision, un pneu imprimé en 3D et « rechargeable »

Article de Marc ZaffagniMarc Zaffagni, publié le 16/06/2017

Le manufacturier français Michelin a dévoilé un concept de pneumatique qui fait aussi office de roue. Imprimé en 3D avec des matériaux biodégradablesbiodégradables, sa bande de roulement pourrait être rechapée ou modifiée selon les conditions de conduite.

Les vacances d'été approchent à grands pas et pour beaucoup d'automobilistes, c'est le moment de préparer leur voiture à un périple plus ou moins long. L'état des pneumatiques est l'un des points clés à contrôler et aussi l'un des postes de dépense les plus conséquents. Que diriez-vous d'un pneu sans air, biodégradable et dont la bande de roulement imprimée en 3D serait renouvelable ou modifiable selon le type de route ou de condition météométéo que vous devez affronter ?

Tel est le concept sur lequel planche Michelin. Le manufacturier français vient de dévoiler ce projet lors du symposium Movin’On, un événement dédié à la mobilité durable qui se tient cette semaine à Montréal (Canada). Le pneumatique Michelin Vision repose sur quatre innovations qui sont censées coller à ce que sera la mobilité de demain.

Pour commencer, ce pneu fait aussi office de roue grâce à une structure alvéolaire créée par impression 3D et dont l'agencement présente une rigiditérigidité graduelle à mesure que l'on s'approche du centre. Dépourvu d'air, ce pneu ne peut donc ni crever ni exploser. La partie centrale du Vision, équivalente à la jante classique, sera fabriquée pour partie avec des matériaux biodégradables issus notamment de copeaux de boisbois, de paille ou d'écorces d'oranges ainsi que de matériaux recyclés (cannettes de boisson, composants électroniques, poudres issues de vieux pneumatiques).

À terme, Michelin explique qu'il compte pouvoir produire du butadiène, qui entre dans la composition du caoutchouccaoutchouc synthétique, à partir de ces matériaux renouvelables afin de réduire le recours aux produits pétroliers. Quant au caoutchouc naturel utilisé pour la bande de roulement, il sera produit dans des fermes éco-responsables, précise le constructeur. Et ce n'est pas tout...

Une vue détaillée de la structure alvéolaire du pneumatique Vision de Michelin. La rigidité va en augmentant à mesure que l’on se rapproche du centre. © Michelin
Une vue détaillée de la structure alvéolaire du pneumatique Vision de Michelin. La rigidité va en augmentant à mesure que l’on se rapproche du centre. © Michelin

Un concept « réaliste », selon Michelin

Grâce à l'impression 3Dimpression 3D, il sera possible de personnaliser le profil du pneu en fonction de l'utilisation ou de la saisonsaison. Par exemple, le client Michelin pourra opter pour une structure adaptée aux conditions d'hiverhiver en montagne avant de partir faire du ski puis repasser sur une configuration plus propice à un long trajet sur autoroute, l'été venu. Sur le même principe, il sera possible de « recharger » le pneu, ou plus précisément de le rechaper, lorsque ses capteurscapteurs intégrés signaleront un niveau d'usure avancé.

Le concept Vision est une démonstration de notre expertise ainsi qu’une promesse d’avenir.

Michelin décrit une utilisation d'une grande simplicité. Via une applicationapplication sur son smartphonesmartphone, le conducteur est tenu informé de l'état de ses pneus et peut programmer une intervention pour changer le profil ou rechaper la bande de roulement. Sur le papier, créer un pneumatique aussi respectueux de l'environnement et durable est tout à fait louable. Mais est-ce réaliste ?

« Compte tenu de la façon dont nous l'avons développé, le concept Vision est une démonstration de notre expertise ainsi qu'une promesse d'avenir, assure Mostapha El-Oulhani, chef du projet Vision. Nous voulions que Vision soit réaliste car le fait de concevoir des objets ou des services dont nous savons pertinemment qu'ils sont irréalistes ne sert aucun but. » Pour autant, Michelin ne s'avance pas sur une date d'introduction ne serait-ce que partielle des technologies décrites dans ce projet.