Tech

Sinergit : lorsque le GPS prendra vie...

ActualitéClassé sous :technologie , GPS , gsm

Si le GPS a constitué une petite révolution dans l'art de se déplacer d'un point à un autre, il ne constitue jamais qu'une carte électronique améliorée, la seule différence étant le calcul exact de votre position. Et même si des améliorations intéressantes du type Info-trafic commencent à apparaître, leur souplesse, et surtout leur délai de réaction, laisse quelquefois à désirer. Ça va changer.

Les écrans de nos GPS s'agrémenteront-ils bientôt de petites voitures animées ? Crédit Tom-Tom

Le grand progrès, celui qui est véritablement attendu par tous les utilisateurs, ce sera évidemment le signalement de tous les embouteillages ou autres ralentissements de la circulation en temps réel, afin que votre "trajet le plus rapide" ne se transforme pas en cauchemar immobile. Mais comment acquérir ces données en permanence, de façon à vous les répercuter immédiatement ?

Tout simplement en s'alliant les millions de petites stations de surveillance que sont nos téléphones mobiles, et que tous les opérateurs sont capables (c'est même un de leurs principes de fonctionnement) de localiser à tout moment.

Un dispositif déjà en place

Car lorsque vous vous déplacez, GSM en poche ou sur le tableau de bord, il est impératif que celui-ci communique en permanence avec le réseau afin de déterminer l'antenne-relais la plus proche, et d'en changer lorsque sa réception s'affaiblit. La distance moyenne de ces antennes est de 5 km, souvent beaucoup plus faible en ville, et l'intensité de rayonnement de votre mobile sera inversement proportionnelle à leur nombre : plus il y en a, moins vous rayonnez.

L'aspect qui nous intéresse ici, c'est que chaque antenne-relais "sait" en permanence quels appareils lui sont accessibles, et que sur la base de ces renseignements traités en permanence, il est parfaitement possible de retracer le chemin parcouru. Y compris de déterminer quels appareils sont immobilisés, et c'est là que ça devient intéressant.

Une carte vivante

Car en reportant tous ces points sur une carte, il est très facile de visualiser la circulation routière sur un axe quelconque sans même se rendre sur le terrain, et de détecter toutes les anomalies pouvant survenir.

La plate-forme Sinergit (Système d'INformation sur les dEplacements par véhicules tRaceurs avec Galileo pour l'agglomératIon Toulousaine), d'un coût de 2,8 millions d'euros, a ainsi été installée en juin 2006 par le pôle de compétitivité Aerospace Vallée, bénéficiant aussi du soutien financier de l'Agence Nationale pour la Recherche et de différents partenaires comme ASF, France Telecom R&D et l'Inrets.

Celle-ci intègre les données traditionnellement acquises par Infotrafic, ainsi que celles transmises par des capteurs de route, caméras, en y ajoutant celles reçues par les opérateurs de téléphones mobiles. Le fonctionnement en est toujours expérimental, mais des tests en grandeur nature sont prévus pour très bientôt en France.

Lorsqu'il sera mis en service, le système transmettra directement l'état de la circulation soit à votre téléphone mobile via sa connexion internet, soit vers votre GPS par le système RDS-TMC (antenne FM) de plus en plus souvent intégré.

La promesse Galileo

Une des particularités de Sinergit est aussi de s'appuyer sur le futur réseau satellitaire Galileo, qui permettra un positionnement beaucoup plus précis que le GPS américain de technologie plus ancienne. "Ce réseau satellite européen sera très appréciable car il nous fournira des informations plus précises et plus performantes que celles du GPS américain. La précision, qui sera d'une dizaine de mètres environ, permettra de savoir si l'utilisateur est dans un bus ou dans une voiture mais aussi s'il se trouve sur l'autoroute ou sur la route qui se trouve à coté", exprime Laurent Breheret, directeur général délégué de la SODIT (Société pour le développement de l'Innovation dans les Transports).

Les premiers tests sont prévus au printemps 2008 sur l'axe Bordeaux-Toulouse, toutefois Sinergit devra préalablement introduire une demande d'agréation auprès de la Cnil en raison des problèmes de respect de la vie privée que soulèvent ce type de localisation. Mais il est probable que les économies de temps et d'argent consécutives à un meilleur itinéraire, lequel entraîne aussi une réduction significative de la pollution en ville, emporteront la décision.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi