Le projet Drive Me de Volvo commencera l’année prochaine et s’étendra jusqu’en 2020. À partir de 2017, une centaine de voitures autonomes seront mises en circulation dans un périmètre de 50 km autour de la ville de Göteborg, en Suède. Volvo pense pouvoir commercialiser ce type de voiture entre 2018 et 2020. © Volvo

Tech

Drive Me, le projet de voitures autonomes signé Volvo

ActualitéClassé sous :technologie , voitures , Automobile

Après les voitures sans chauffeur qui circulent en convoi, Volvo lance un autre projet de conduite automatisée. Le projet Drive Me commencera l'année prochaine avec pour objectif de mettre en circulation 100 voitures autonomes en 2017. Malin Persson, directrice de la communication pour les questions environnementales et de sécurité chez Volvo, livre plus de détails à Futura-Sciences.

Bien qu'il bénéficie d'une large exposition médiatique, le projet de voitures autonomes de Google est loin d'être le seul. Plusieurs constructeurs automobiles parmi lesquels Audi, BMW, Cadillac, Mercedes, Toyota et Volkswagen planchent sur ce concept. Le constructeur japonais Nissan vient tout juste de tester sa technologie sur autoroute avec son modèle Leaf. Volvo est également très investi dans ce domaine, avec un projet de convoi automatisé de voitures sans conducteur qui a été testé sur autoroute l'année dernière. Et le constructeur suédois vient d'annoncer le lancement d'un nouveau programme pilote, baptisé Drive Me. Il commencera l'année prochaine avec l'objectif de tester des voitures autonomes en conditions réelles à partir de 2017. En tout, ce sont 100 modèles qui circuleront sur les routes suédoises dans un rayon de 50 km autour de la ville de Göteborg.

Les voies sélectionnées comportent des autoroutes et des itinéraires empruntés pour les déplacements pendulaires, ce qui impliquera des embouteillages. Volvo explique vouloir immerger ses voitures intelligentes dans les conditions typiques du quotidien des automobilistes, afin d'en mesurer les avantages « sociétaux et économiques » en matière d'amélioration du trafic, de sécurité et d'environnement. « Notre objectif est que la voiture soit capable de gérer seule tous les scénarios possibles de trafic routier, et notamment de pouvoir quitter le flot de circulation et trouver un refuge si jamais le conducteur n'est pas en mesure de reprendre le contrôle pour une raison quelconque », explique l'un des responsables techniques du projet cité dans le communiqué. Cette initiative est soutenue par le gouvernement suédois, la municipalité de Göteborg ainsi que l'agence nationale des transports.

Le système de conduite automatisée de Volvo prévoit une fonction de stationnement autonome. Le conducteur pourra quitter son véhicule à l’entrée d’un parking et l’envoyer se garer en lançant la procédure depuis son smartphone. © Volvo

Commercialisation à l’horizon 2018-2020 pour Drive Me

Le projet Drive Me sera donc initié l'année prochaine avec les développements technologiques nécessaires, la création d'une interface utilisateur et d'une plateforme de cloud computing. Futura-Sciences a cherché à savoir plus précisément quelles technologies étaient impliquées dans le projet Drive Me en interrogeant Malin Persson, la directrice communication pour les questions environnementales et de sécurité chez Volvo. « La technologie exacte que nous emploierons n'est pas encore définie, cela fait partie de notre projet de recherche. Les briques nécessaires reposent sur des technologies existantes, mais il y aura également des capteurs chargés de surveiller le véhicule et son environnement. La voiture sera connectée à un cloud Volvo pour recevoir des données cartographiques et autres d'un centre de contrôle du trafic. »

Drive Me inclut aussi un système de stationnement entièrement automatisé, que le conducteur pourra déclencher en étant à l'extérieur de la voiture depuis son smartphone. Le but est qu'il puisse quitter son véhicule à l'entrée d'un parking et que la voiture trouve une place libre et s'y gare. Un système similaire à celui sur lequel travaille déjà Ford. Malin Persson indique que des prototypes sillonnaient déjà les routes suédoises, mais que les premières voitures confiées aux clients « réels » ne circuleront pas avant 2017. Elle ajoute que les véhicules autonomes seront loués via un système de leasing. Le programme pilote se poursuivra jusqu'en 2020. À la question de savoir quand Volvo pensait commercialiser des modèles autonomes, la porte-parole répond que cela se produira vraisemblablement à l'horizon 2018-2020.

Cela vous intéressera aussi