Tech

En bref : Google envisage des prises de sang sans aiguille

ActualitéClassé sous :technologie , Google X , prise de sang

Le géant américain Google a déposé un brevet pour un petit appareil sans aiguille qui pourra rendre moins douloureuses les prises de sang quotidiennes de certains malades.

Le nouveau système imaginé par Google se servira non pas d’une aiguille, comme c'est le cas sur cette photo, mais de la pression pour aspirer une goutte de sang. ©Alexander Raths, Shutterstock

L'idée développée par le laboratoire Google X permettra de prélever un peu de sang en piquant très légèrement la surface de l'épiderme et en aspirant une goutte de sang dans un petit compartiment sous pression. La quantité de sang nécessaire, par exemple, à un test de glycémie pour personnes diabétiques est infime. Cette nouvelle technologie permettrait donc à de nombreux malades d'effectuer cette opération quotidienne sans douleur. Une fois le sang prélevé, une smartwatch, ou montre connectée, pourra se charger d'analyser en temps réel le taux de sucre.

Google aimerait à terme supprimer les seringues pour ce type d'opérations récurrentes ne nécessitant qu'une petite quantité de sang. Mais, pour réaliser un bilan complet, les phobiques des aiguilles n'auront pas d'alternative.

Ce nouveau brevet déposé par Google s'inscrit dans une démarche globale. L'entreprise s'intéresse de plus en plus à la santé. Elle a notamment déjà déposé deux autres brevets : des lentilles de contact permettant de contrôler la glycémie, ainsi qu'une gélule détectant les cellules cancéreuses.

Cela vous intéressera aussi

Interview : détecter le cancer du poumon grâce à une prise de sang  Chaque année, le cancer du poumon touche entre 30.000 et 40.000 personnes en France. C’est aussi le cancer qui fait le plus de morts, en partie à cause des dépistages trop tardifs. Récemment, une équipe de chercheurs français a mis en place un système de diagnostic précoce du cancer du poumon. Futura-Sciences est parti à la rencontre de Paul Hofman, directeur du laboratoire de pathologie de Nice et auteur de cette étude, pour qu’il nous donne plus de détails sur sa découverte.