Tech

i2010 : l'Europe élabore une stratégie numérique pour l'avenir

ActualitéClassé sous :Tech , i2010 , tic

-

Les connexions Internet à haut débit enregistrent une expansion rapide, selon de nouveaux chiffres publiés le 1er juin par la commissaire européenne en charge de la Société de l'information et des Médias, Viviane Reding.

i2010 : l'Europe élabore une stratégie numérique pour l'avenir

L'on compte désormais 40 millions de lignes à haut débit dans l'UE, soit une augmentation de 70 pour cent par rapport à l'an dernier, déclare Mme Reding, qui attribue cette envolée à la concurrence entre les acteurs du marché qui rivalisent pour fournir aux utilisateurs un accès plus rapide et moins cher à l'Internet.

Constatant cette tendance, la Commission a présenté une stratégie quinquennale intitulée "i2010" (société européenne de l'information 2010) visant à favoriser l'emploi et la croissance dans la société de l'information et le secteur des médias, ainsi qu'à stimuler l'économie numérique.

"Depuis de nombreuses années, les experts parlent de la convergence numérique des réseaux de communication, du contenu et des équipements médiatiques, a déclaré Mme Reding. Aujourd'hui, nous voyons cette convergence numérique se réaliser. Système vocal sur l'Internet, télédiffusion sur le web, musique en ligne, films sur téléphones mobiles - tout ceci est désormais une réalité. Pour encourager les investissements dans ce secteur prometteur de l'économie, nous devons fournir à l'économie numérique européenne un cadre réglementaire cohérent, axé sur le marché, flexible et durable. Et nous devons concentrer nos dépenses de recherche sur les technologies clés de l'information et de la communication, telles que la nanoélectronique".

Bien que 45.000 lignes d'accès à l'Internet à haut débit soient installées chaque jour dans les foyers et les entreprises de l'UE-25, les dépenses en technologies de l'information et de la communication (TIC) sont encore à la traîne par rapport à celles des États-Unis et du Japon.

"Si l'Europe ne saisit pas cette opportunité, d'autres le feront", a déclaré Mme Reding lors d'une conférence de presse le 1er juin, en ajoutant que la Commission demande instamment que les investissements dans les TIC soient augmentés de 80 pour cent à partir de 2007, même si cet effort implique une réduction des dépenses dans d'autres domaines.

i2010, la première nouvelle initiative que la Commission adopte dans le cadre de la relance de la stratégie de Lisbonne, sera financée par le Septième programme-cadre (7e PC) et le programme compétitivité et innovation (PCI), qui fourniront respectivement 1,8 milliard et 802 millions d'euros pour stimuler l'innovation basée sur l'utilisation des TIC.

i2010 s'appuie sur trois piliers:

  • rassembler, pour la première fois, tous les instruments réglementaires de communication numérique, audiovisuelle et électronique pour créer un cadre réglementaire ouvert et axé sur le marché pour l'économie numérique;
  • accroître les investissements communautaires dans la recherche sur les TIC;
  • promouvoir une société de l'information européenne inclusive.

Dans le contexte du premier pilier, Mme Reding a souligné que "d'ici 2010, nous voulons que 50 pour cent de tous les foyers de l'UE soient connectés à un réseau à bande large, avec un débit d'au moins dix mégabits par seconde".

En ce qui concerne le deuxième pilier, Mme Reding a observé que les États-Unis et le Japon investissent plus d'un tiers de leurs dépenses totales de recherche privée et publique dans les TIC, alors que l'Europe n'en investit actuellement qu'environ 20 pour cent.

"C'est pourquoi, avec i2010, je propose d'augmenter les dépenses de recherche de l'UE de 80 pour cent à compter de 2007, a-t-elle expliqué. Un euro investi dans le programme-cadre produit un rendement net de sept euros. Ceci prouve que nos dépenses de recherche fournissent un excellent retour sur investissement! Les industriels de toute l'Europe, les grandes comme les petites et moyennes entreprises, tous sont d'accord avec moi sur ce point. Et ils souhaitent vivement faire partie de nos plateformes technologiques européennes, par exemple celles sur la nanoélectronique, sur les systèmes intégrés et sur les communications mobiles. Ce sont les domaines où la technologie européenne est à l'avant-garde, pourrait être à l'avant-garde, ou devrait rester à l'avant-garde", a ajouté Mme Reding.

En concluant avec le troisième pilier, qui appelle à "l'inclusion, à de meilleurs services pour les citoyens et à l'amélioration de la qualité de vie", la commissaire a déclaré que i2010 propose trois initiatives TIC vedettes: comment les TIC peuvent faciliter les soins aux personnes âgées à domicile; des véhicules intelligents plus rationnels, plus sûrs et plus propres et des bibliothèques numériques rendant disponible toute la culture européenne multimédia et multilingue d'ici 2007.

Se félicitant de l'initiative i2010, Michael Bartholomew, directeur de l'ETNO (l'association des opérateurs européens de réseaux de télécommunications) a déclaré: "L'un des principaux défis de l'initiative sera de développer un ensemble de politiques qui continueront à stimuler la concurrence tout en créant des incitations à l'innovation dans les réseaux et les technologies sur lesquels s'appuieront les services de demain. Il est crucial que l'initiative i2010 fournisse une cadre favorable à une révision complète des règles actuelles spécifiques au secteur afin de refléter les réalités récentes et les perspectives du marché".

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi