A l'origine, le Professeur Tian de l'Université d'Illinois à Urbana-Champaign a mis au point un robot pour alléger le travail de ses étudiants chargés de la collecte de données sur le terrain.
Cela vous intéressera aussi

Finalement, ce robotrobot se révèle bien plus utile que la simple observation, à savoir, l'applicationapplication sélective d'herbicideherbicide dans les champs. Guidé par GPSGPS et alimenté par un panneau solairepanneau solaire faisant aussi office d'ombrelle, ce robot est capable de reconnaître les mauvaises herbes grâce à un système de double caméra, et de les détruire une par une. Il mesure un mètre cinquante pour 70 cm de largeur et peut parcourir près de 6 kilomètres par heure de manière autonome en détruisant toutes les mauvaises herbes sur son passage. Il possède deux bras articulés : le premier coupe la tige de la mauvaise herbe identifiée alors que le deuxième introduit l'herbicide à l'intérieur de celle-ci.

Image du site Futura Sciences

L'effet est radical et écologique puisque la mauvaise herbe disparaît rapidement, avec seulement quelques gouttesgouttes d'herbicide. Les auteurs de ce projet veulent ajouter d'autres capteurscapteurs permettant d'évaluer la qualité du sol et l'état des cultures. Disposant d'un véritable ordinateurordinateur et d'une connexion InternetInternet, ce robot peut récolter et envoyer une quantité d'information quasiment illimitée et permettrait d'avoir un contrôle continu et pointu des cultures.

Ce nouvel usage de la robotiquerobotique pour remplacer le "chimique" dans le secteur agricole apparaît donc très prometteur, l'évolution reste à suivre.

Par Lucas Guillet