Le bras robotisé développé par l’université de l’Essex pour la cueillette des fraises. © Essex University

Tech

Robotique : l'effet inattendu du Brexit

ActualitéClassé sous :robotique , robot , Brexit

Du fait du Brexit, le Royaume-Uni se retrouve confronté à une pénurie de main-d'œuvre dans les fermes horticoles pour le ramassage des fruits rouges. En conséquence, des chercheurs de l'université de l'Essex s'activent pour développer des robots ramasseurs de fraises qui, pensent-ils, seront prêts à prendre la relève lorsque le pays sortira officiellement de l'Union européenne.

Les conséquences de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, le fameux Brexit, se font d'ores et déjà sentir dans nombre de domaines très concrets. C'est le cas, par exemple, pour la cueillette des fruits et des légumes qui emploie à une large majorité des ramasseurs saisonniers venant de l'étranger, notamment d'Europe de l'Est. La perspective du Brexit et son impact sur le contrôle des frontières et de l'immigration a d'ores et déjà entraîné une pénurie de main-d’œuvre dans ce secteur. Résultat, 20 % des récoltes de fruits rouges n'ont pas été ramassés cette année.

La situation est critique notamment pour la culture de fraises dont le pays produit 115 millions de tonnes chaque année. La confiture de fraises est un mets très apprécié des Britanniques. Pour pallier au manque de bras, des chercheurs de l'université de l'Essex pensent pouvoir mettre au point un robot capable de ramasser ces fruits délicats sans les endommager.

Des techniques multiples et complexes

Un pari techniquement complexe car il faut pouvoir repérer les fruits parfois masqués par le feuillage, sélectionner ceux qui sont mûrs et les prélever délicatement. Une tâche que des humains accomplissent en quelques secondes mais qui pour un robot fait appel à des techniques élaborées d'analyses d'images, de gestion du toucher et d'apprentissage afin de pouvoir s'adapter à des conditions variables.

Pour mettre au point ce robot cueilleur, les roboticiens travaillent de concert avec des fermiers et le producteur de confiture Tiptree. Ils utilisent une variété de fraises à longues queues qui sont plus faciles à distinguer du feuillage. Un prototype fonctionnel devrait être opérationnel d'ici quelques mois.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi