Créée par Google il y a maintenant huit ans, l'une des futures clés de voûte d'Internet s'appelle Quic et elle devient une norme officielle. Quic pourrait remplacer avantageusement le TCP avec la promesse d’un gain important de vélocité et une certaine souplesse dans la gestion des connexion chiffrées.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Comment fonctionne Internet ? Un peu, beaucoup, quotidiennement… Nous sommes de plus en plus nombreux à bénéficier d’un accès Internet et nous y passons toujours davantage de temps. Mais savons-nous comment cela marche, au fond ? C’est grâce à Internet que vous pouvez profiter de cet épisode de Kézako, dans lequel Unisciel et l’université de Lille 1 nous expliquent le fonctionnement d’Internet.

Le TCP, le protocoleprotocole de transmission des données par paquetspaquets est celui qui anime le réseau des réseaux depuis 1974. Ce dinosauredinosaure d'Internet vient de recevoir officiellement le soutien d'une mise à jour historique concoctée par Google. Baptisée Quic (Quick UDP Internet Connections), cette nouvelle norme vient d'être homologuée par l'Internet Engineering Task Force (IETFIETF), l'organisation qui labellise les standards d'Internet. En réalité, Quic est déjà implanté et exploité par les navigateurs et les services en ligne depuis près de huit ans, mais sa certificationcertification vient tout juste d'aboutir. Ainsi, Google l'a introduit dans son navigateur Chrome pour la première fois en 2013 afin de le tester. Ce n'est qu'à partir de 2016 que le protocole a vraiment commencé à être examiné par l'IETF.

Quic est conçu pour donner un coup de fouet radical à la structure d'Internet. Selon Google, il pourrait réduire le délai d'affichage des résultats des pages Web de 8 % et de 4 % sur mobile. Mieux encore, lorsqu'il s'agit de lire une vidéo provenant du service de streamingstreaming YouTube de Google, le temps de mise en mémoire tamponmise en mémoire tampon dégringole, respectivement pour les ordinateursordinateurs et les mobiles, de 18 et de 15 %. Comme TCP, Quic s'articule avec la norme IP, c'est-à-dire l'Internet Protocol, la base du réseau. Et ces deux normes viennent contrôler la façon dont les données sont réparties en paquets, routées, puis réassemblées en bout de ligne. Le standard sait aussi se débrouiller pour récupérer les paquets de données perdus et les ré-attribuer.

Quic fait la même chose que TCP, mais en mieux

Quic fonctionne de concert avec un autre standard d'internet baptisé UDP pour (User DatagramDatagram Protocol). Cette norme a l'avantage d'être plus véloce que TCP, mais ne sait pas récupérer les paquets de données égarés. C'est Quic qui se charge de ce travail et il le réalise plus rapidement. Le standard a, comme autre atout, d'accélérer les connexions chiffrées. C'est essentiel pour l'affichage des pages Web à la norme HTTPS.

Maintenant que Quic est validé, cela ne veut pas dire que le TCP va disparaître, loin de là ! Le protocole va être progressivement et, certainement, très lentement intégré dans les entreprises et les organisations. Et malheureusement, cette mise à jour, pleine de promesses de rapidité, pourrait ne jamais recouvrir la totalité d'Internet.