L’Orlan-10 russe est dédié aux missions de renseignement et de surveillance du territoire. © ArmyInform UA
Tech

Guerre en Ukraine : que trouve-t-on dans les drones russes ?

ActualitéClassé sous :Guerre du futur , drone , Conflit en Ukraine

En désossant un drone militaire russe Orlan-10 capturé par l'armée ukrainienne, on peut constater que sa conception est très rudimentaire, voire artisanale...

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Ce drone intelligent remporte un duel à l’épée contre l'Homme  Les drones ne sont pas très agiles, car ils volent sans véritablement être au fait de ce qui les entoure. L’université de Stanford, aux États-Unis, a donc développé une technologie leur permettant d’éviter les obstacles même s’ils sont en mouvement, comme c'est le cas d'une épée tenue par un escrimeur par exemple. La voici testée en vidéo. 

Avec ses fameux drones turcs Bayraktar, l'armée ukrainienne est parvenue à amenuiser les forces armées russes. Les publications, les clips et chansons en dressant les louanges sont nombreux et ce symbole participe à maintenir le moral de la population ukrainienne face à l'agresseur. Tout ce qui peut contribuer à décrédibiliser l'ennemi est bon à prendre et c'est justement le cas de l'une des dernières vidéo publiées par le ministère de la Défense ukrainien. On y voit un soldat présenter les faiblesses d'un petit drone de renseignement russe récupéré par l'armée ukrainienne. Il s'agit d'un Orlan-10, un drone de moins de 20 kg, produit pour les forces armées russes par le Centre des Technologies spéciales de St-Pétersbourg.

Même si la composition de ce drone militaire est déjà connue, le soldat souligne la conception rudimentaire de l'aéronef. Le module d'optronique est effectivement plus qu'artisanal avec un appareil photo numérique Canon bas de gamme, un Canon EOS Rebel T6i. Daté de 2015, l'appareil, dont l'objectif ressort du ventre du drone, est fixé à l'aide d'une simple bande velcro. Sa molette de sélection des modes de prise de vue est scellée avec de la colle pour éviter de modifier le réglage. D'autres éléments du drone sont également fixés avec des rubans adhésifs.

Un appareil photo bas de gamme fixé au velcro et une bouteille en plastique en guise de réservoir à carburant, voici l’envers du décor d’un drone militaire de surveillance russe. © ArmyInform UA

Un drone presque artisanal

Comme autre détail montrant la conception digne du DIY de ce drone, le soldat montre son réservoir de carburant. Il semble avoir été fabriqué à partir d'une bouteille en plastique avec son bouchon à vis pour faire le plein. Pour le reste, ce drone qui est commercialisé entre 87.000 et 120.000 dollars selon l'équipement, est doté d'un moteur et d'un fuselage dont la conception et la réalisation sont 100 % russes. Il est conçu pour évoluer aux alentours de 100 km/h avec une autonomie de 18 heures.

Pour ce qui est des éléments électroniques, dont cet appareil photo japonais, étant donné l'âge de celui-ci, il parait évident que l'arrêt des exportations n'aura pas d'impact sur la fabrication de ces drones.

D'après l'armée ukrainienne, l'Orlan-10 est exploité depuis le début de la guerre en Ukraine, dans le Donbass en 2014. Il servait alors à des missions de reconnaissance et de réglage de tir d'artillerie pour les forces armées séparatistes épaulées par le Kremlin.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !