Avec une paire de lunettes détectant les mouvements des yeux, il est possible de piloter un drone : c'est ce que démontre une équipe de roboticiens américains.
Cela vous intéressera aussi

Après les drones contrôlés par la pensée et avec le corps, voici le dronedrone que piloté du regardregard. Une équipe réunissant des spécialistes des universités de New York, Pennsylvanie, et du laboratoire de recherche de l'armée américaine a développé un dispositif avec lequel on peut diriger un drone en pointant simplement son regard dans la direction voulue.

L'intérêt du principe est que les commandes de contrôle prennent en compte la position et l'orientation du pilote. C'est-à-dire que lorsque la personne regarde vers la gauche, le drone se dirige sur la gauche du pilote. Il existait déjà des systèmes de contrôle à l'aide du regard, mais l'avantage de celui-ci est de se passer de capteurscapteurs externes pour déterminer la position de l'utilisateur par rapport au drone. 


Le système de pilotage de drone est capable de dissocier la direction du regard de l’orientation de la tête, de sorte que la personne peut se servir de ses yeux en restant complètement immobile. © ARPL NYU

Le logiciel calcule un point de navigation en 3D

L'équipement consiste en une paire de lunettes Tobii Pro Glasses 2 qui intègrent un système de détection du regard, une centrale inertielle ainsi qu'une caméra HD insérée dans la monture pour filmer la cible. Elles sont reliées à un boîtier électronique portable animé par un SoCSoC Nvidia Jetson TX2 qui apporte la puissance de calcul nécessaire.

Lorsque la personne regarde en direction du drone, la caméra détecte l'appareil grâce à un réseau neuronalréseau neuronal puis elle va calculer sa distance à partir de sa taille apparente et des informations de la centrale inertielle. Puis, l'utilisateur pointe son regard vers l'endroit où il veut que le drone se rende. Le logiciellogiciel calcule alors un point de navigation en 3D qui combine le vecteur 2D produit par les lunettes et une information sur la profondeur choisie de façon aléatoire dans un périmètre de sécurité.

Les chercheurs espèrent que leur système puisse servir aux personnes novices en matièrematière de pilotage de drones, à mobilité réduite ou bien permette de contrôler plusieurs drones à la fois.