En Angleterre, la 5G est déjà présente dans l'agriculture et elle se cache dans le collier des vaches. © ulleo, Pixabay

Tech

Drôle de Tech : la 5G sur les vaches, de la publicité dans l'espace et une moto imprimée en 3D

ActualitéClassé sous :Drôle de Tech , 5G , astrophoto

-

L'incendie de Notre-Dame de Paris a beaucoup occupé l'actualité, mais nous avons eu droit à quelques informations plus souriantes comme ces vaches qui profitent de la 5G avant tout le monde ou cette moto mythique dont certaines parties ont été imprimées en 3D.

Notre rendez-vous hebdomadaire vous propose un regard décalé sur l'actualité des nouvelles technologies. Le parti est de vous divertir, de vous surprendre et de vous faire rêver... ou soupirer.

Des vaches connectées… en 5G

Alors qu'elle ne devrait pas couvrir le réseau français avant l'an prochain, la 5G est déjà utilisée au fin fond de l'Angleterre par... des vaches. Ça se passe à Shepton Mallet (sud-est de l'Angleterre), au sein de l'Agricultural Engineering Precision Innovation Centre, propriété du gouvernement britannique, dans le cadre d'un projet financé par le géant des télécommunications Cisco. Cinquante vaches portent ainsi des colliers connectés qui leur permettent de recevoir leur nourriture, d'être géolocalisées en temps réel, ou encore d'entrer dans des salles de traite complètement automatisées, liste Reuters. Le futur est dans le pré...

Dans une ferme robotisée, 50 vaches laitières profitent de la 5G grâce à des colliers connectés. © Reuters, BBC 

Une moto futuriste imprimée en partie en 3D

Une Majestic de 1929 version 2029 : tel est le défi que s'est lancé l'entreprise américaine Fuller Moto. Déjà futuriste pour son époque, avec un profil très allongé, le modèle original a été repensé par un designer ayant travaillé pour la franchise cinématographique Star Wars et fait appel à des procédés d'assemblage novateurs : si la carrosserie est « faite main », les roues sont en Plexiglas et certains éléments métalliques imprimés en 3D.

L'impression 3D permet de créer des composants uniques, plus légers et très design. © Fuller Moto

Une photo prise en 1.060 heures 

Le temps d'exposition est essentiel en astrophotographie : plus l'obturateur reste ouvert et récolte de lumière, plus le résultat sera détaillé et notamment les zones ciblées les plus sombres. Ainsi, il est très fréquent pour les astronomes d'avoir recours à des « temps d'intégration » de plusieurs secondes, plusieurs minutes ou quelques heures. Mais le collectif « Ciel Austral » a placé la barre très haut et se targue d'avoir établi un record du monde - pour des amateurs - avec une photo à 1.060 heures d'exposition ! La cible : le grand nuage de Magellan, galaxie satellite de la Voie lactée. Après plusieurs mois de travail, grâce à son observatoire télécommandé situé au Chili, « Ciel Austral » a obtenu une mosaïque de 16 photos (4x4) totalisant une résolution de 204 millions de pixels, et 620 Go de données qui ont nécessité des centaines d'heures de traitement pour arriver à cette image.

Plus de 1.000 heures pour obtenir cette superbe photo de Magellan. © Ciel Austral

Bientôt de la publicité « orbitale » ?

Déjà omniprésente, la publicité pourrait bientôt débarquer dans notre ciel : la branche russe de Pepsi s'est associée avec la startup StartRocket afin de mettre en place la première « publicité orbitale », relaie Futurism. Le principe : lancer des nanosatellites - baptisés CubeSats - dans l'orbite dite basse (entre 400 et 500 kilomètres d'altitude), capables de projeter des messages dans le ciel en reflétant la lumière du soleil. Premier test prévu cet été. Reste à en définir le cadre juridique, quand même.

Abonnez-vous à la lettre d'information Drôle de Tech : une sélection insolite de l'actualité Tech de la semaine.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi