Apple a annoncé avoir arrêté la vente de ses produits en Russie. © Josh Edelson, AFP
Tech

Apple boycotte la Russie

ActualitéClassé sous :Apple , Ukraine , Conflit en Ukraine

Apple vient d'arrêter la vente de ses produits en Russie en réaction à l'invasion de l'Ukraine. La firme a également annoncé d'autres mesures pour sanctionner la Russie et venir en aide aux Ukrainiens.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Cyberespionnage : quelles sont les menaces ?  Ingérence dans les élections, vol de données industrielles, piratage de systèmes militaires… Le cyberespionnage a connu une envolée ces deux dernières décennies. 

Après SpaceX, c'est au tour d'Apple de réagir à la guerre en Ukraine en annonçant une série de sanctions à l'encontre de la Russie avec, notamment l'arrêt de la vente de produits physiques. Cette annonce fait suite à une lettre envoyée le 25 février au P.-D.G. Tim Cook par Mykhailo Fedorov, le vice-premier ministre de l'Ukraine et ministre de la Transformation numérique. Celui-ci avait partagé la lettre sur Twitter.

Dans un communiqué, Tim Cook a annoncé avoir arrêté les exports vers la Russie dès la semaine dernière, et avoir limité certains services comme sa solution de paiement Apple Pay. L'entreprise américaine a aussi retiré les applications des médias d'État russes, RT News et Sputnik, de l'App Store en dehors de la Russie et désactivé les informations sur la circulation et les incidents d'Apple Maps en Ukraine « par mesure de sécurité et de précaution pour les citoyens ukrainiens ».

Apple contribue aussi à l’aide humanitaire

Par ailleurs, dans un e-mail interne envoyé aux employés d'Apple dont The Verge a pu obtenir une copie, Tim Cook a indiqué que sa société est en contact avec tous ses employés en Ukraine pour leur venir en aide. De plus, Apple soutient les efforts humanitaires en Ukraine et a ajouté que, pour tout don à une œuvre caritative effectuée par un employé, la firme abonderait en doublant sa contribution.

Apple n'est toutefois pas allée jusqu'à fermer l'App Store en Russie, comme l'avait demandé Mykhailo Fedorov. Selon certains spécialistes comme Davis Kaye, une telle action pourrait être contreproductive et risquerait d'entraver les mouvements de contestation ou mettre en danger les activistes et journalistes russes qui ne pourraient plus installer de mises à jour ou d'applications de sécurité.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !