Sciences

Première image d'une protoplanète saisie par le VLT

VidéoClassé sous :exoplanète , protoplanète , système planétaire

-

Une protoplanète est en train de se former autour d'une jeune étoile, à 370 années-lumière de la Terre. Et, grande première, l'instrument Sphere, qui équipe le télescope géant VLT, au Chili, a réussi à en fournir des images, en juillet 2018. Elles montrent la planète creusant un sillon dans un nuage de gaz et de poussière. Des images d'artiste, illustrant ce que pourrait être sa surface, ont été ajoutées.

Abonnez-vous à la lettre d'information Vidéos : nos vidéos qui sortent vraiment du lot.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Autour de la très jeune étoile PDS 70, âgée d'environ 6 millions d'années un système planétaire est en train de naître. Au sein du nuage de poussière qu'elle retient près d'elle, une planète se forme sous nos yeux par « accrétion », c'est-à-dire par accumulation de matière attirée par sa gravité. Le corps, grossissant, produit ainsi un sillon dans ce halo de gaz et de poussière, comme un coup de balai sur un sol sale.

« Sous nos yeux » parce que cette protoplanète, à environ 370 années-lumière de la Terre, a été véritablement vue, comme le montre cette vidéo (qui contient aussi des images d'artiste illustrant de possibles panoramas à sa surface). C'est une grande première car jusqu'ici les exoplanètes sont surtout détectées indirectement par leurs effets sur la luminosité de l'étoile autour de laquelle elles tournent. Cette première observation directe d'un bébé planète permet d'en savoir plus sur cet objet, suggérant notamment qu'il est déjà entouré d'une atmosphère gazeuse.

L'instrument Sphere, traqueur d'exoplanètes du VLT

Pour réussir cet exploit, il a fallu un des meilleurs télescopes du monde, le VLT (Very Large Telescope), de l'ESO, installé dans le désert d'Atacama au nord du Chili, à 2.635 m d'altitude, à l'observatoire du Cerro Paranal. Il comporte quatre télescopes principaux, de 8,2 mètres de diamètre, et quatre télescopes mobiles, de 1,8 mètre chacun.

Il est équipé, entre autres, d'un groupe d'instruments spécialement destinés à l'observation d'exoplanètes, baptisé Sphere (Spectro-Polarimetric High-contrast Exoplanet REsearch) : coronographe (pour cacher la lumière de l'étoile), polarimètre (pour mesurer la luminosité), spectroscope (pour analyser les fréquences lumineuses) et optique adaptative (pour s'affranchir des turbulences atmosphériques).

© ESO