Bien des physiciensphysiciens croient que la meilleure façon de décrire le monde de l'atomeatome demeure le modèle mathématique, et qu'à travers les équationséquations nous pouvons entrevoir la façon complexe dont le monde microscopique est ordonné.

Mais un orageorage souffle sur la physiquephysique du vingtième siècle, faisant trembler ses fondations et jetant la confusion sur la nature même de ses concepts les plus ultimes.

Véritable révolution qui vient jeter un pavé dans la mare pourtant si tranquille de nos croyances acquises jusqu'alors, la physique quantiquephysique quantique se révèle une théorie sans commune mesure avec tout ce qu'on croyait savoir au sujet du monde atomique.

Image du site Futura Sciences

La théorie quantique décrit un monde étrange, où l'on découvre que la matièrematière qui constitue tout notre universunivers, et qui semble pourtant bien localisée dans l'espace est en fait « étendue » quelque part. Les repères comme ici et là-bas, qui sont si cohérents à notre échelle perdent toute signification dès qu'on franchit les limites du monde atomique.

La Fonction d'onde

L'équation établie par Edwin Shrodinger en 1927, décrit les particules non comme des points matériels bien tangibles, mais comme une fonction d'onde, une sorte de « fantôme » de la particule, en quelque sorte. Là où il y a un effondrementeffondrement de la fonction d'onde, se trouve délimitée une zone de probabilité non nulle où l'on a des chances de trouver la particule.

Vous avez deviné... la physique quantique est d'abord et avant tout une théorie probabiliste ; le concept de fonction d'onde n'a aucune équivalence dans le monde réel, ce n'est qu'un formalisme mathématique très pratique pour décrire le monde quantique.