Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Satellites espions : mission au pays des étoiles Parmi les satellites placés en orbite autour de la Terre, plusieurs centaines seraient des satnull

CSSHQ est l'acronyme de Chongfu Shiyong Shiyan Hangtian Qi, qui désigne un drone spatialdrone spatial chinois, ou avion orbital sans pilote, dont le monde a découvert l'existence en septembre 2020 lors de sa première mission. En raison de sa forme et de ses dimensions (une dizaine de mètre de long), ce véhicule spatial chinois est assimilé au X-37B américain de l’U.S. Air Force. Avec une massemasse de 8,5 tonnes, il aurait une capacité d'emport supérieure au X-37BX-37B (5 tonnes).

Vue d'artiste d'un véhicule spatial que certains présentent comme le CSSHQ. Pékin, qui ne communique pas sur ses programmes spatiaux, contraint les spécialistes à faire des hypothèses (tout de même assez proches de la réalité) sur les caractéristiques de cet avion spatial. © Droits réservés
Vue d'artiste d'un véhicule spatial que certains présentent comme le CSSHQ. Pékin, qui ne communique pas sur ses programmes spatiaux, contraint les spécialistes à faire des hypothèses (tout de même assez proches de la réalité) sur les caractéristiques de cet avion spatial. © Droits réservés

CSSHQ a été lancé pour la première fois le 4 septembre 2020 à bord d'un lanceur Long March 2F depuis le centre de lancementcentre de lancement de satellites de Jiuquan, dans le désertdésert de Gobi au nord-ouest de la Chine. Après une mission de deux jours dans l'espace, il a atterri sur une piste d'une base aérienne secrète près du polygone d'essai nucléaire du Lop Nor, dans le désert du Taklamakan. Lors de sa mission, le Norad américain a détecté qu'un satellite s'était séparé du véhicule spatial chinois. Il se serait positionné à seulement une cinquantaine de kilomètres au dessus d'un autre véhicule orbital américain encore plus confidentiel que le X-37B, et sur lequel le Pentagone ne s'est jamais exprimé, USA 276.

La militarisation de l'espace se poursuit

Avec ce véhicule spatial, la Chine signe une remarquable performance technologique et poursuit sa stratégie de militarisation de l'espace. CSSHQ pourra être évidemment utilisé à des fins scientifiques ou de démonstration de technologies visant la réduction des risques, et des expériences. Mais cela étant, la confidentialitéconfidentialité qui entoure ce programme laisse penser que Pékin pourrait l'utiliser comme arme anti-satellite, engin de renseignement spatial ou de plateforme d'emport et de lancement de charges militaires. Des qualificatifs déjà attribués au X-37B...