SpaceX confirme que sa capsule Crew Dragon a été détruite lors de l'explosion

Classé sous :SpaceX , Crew Dragon , Nasa

Presque deux semaines après l'explosion de sa capsule Crew Dragon lors d'un test statique (le 20 avril), SpaceX a confirmé que l'engin avait été « détruit ». L'incident est survenu « après qu'on ait testé avec succès les Draco et juste avant qu'on continue avec les SuperDraco », a déclaré Hans Koenigsmann, vice-président de la fiabilité des vols pour SpaceX, lors d'une conférence de presse donnée le jeudi 2 mai en amont de la mission de ravitaillement de la Station spatiale internationale (ISS) CRS-17 par le vaisseau cargo Dragon lancé par une fusée Falcon 9.

La Crew Dragon encore en phase de développement est une version habitée du Dragon. Elle est équipée de deux sets de moteurs-fusée : douze Draco et huit SuperDraco. Ces derniers, absents du Dragon, ont pour rôle d'éloigner en urgence la capsule de la fusée en cas d'échec de lancement (comme lors de l'échec du Soyouz en octobre 2018). « Nous avons allumé deux fois [les moteurs Draco], à chaque fois pendant cinq secondes, et cela s'est très bien passé. Juste avant qu'on veuille allumer les superDraco, il y eu une anomalie et le véhicule a été détruit, a relaté Hans Koenigsmann. Il n'y a pas eu de blessés. SpaceX avait pris toutes les mesures de sécurité nécessaires avant ce test, comme nous le faisons toujours. »

Conférence de presse du 2 mai 2019 en amont du lancement de la mission de ravitaillement SpaceX CRS-17. © Nasa Video

« Il est trop tôt pour confirmer une cause, a-t-il poursuivi. Mais les premières données indiquent que l'anomalie est survenue à l'activation du système SuperDraco. » Hans Koenigsmann a réitéré « la pleine confiance » de SpaceX dans ces moteurs-fusées, précisant qu'ils ont passé quelque 600 tests au centre spatial de SpaceX au Texas. « Je pense que ce n'était pas les SuperDraco eux-mêmes », a-t-il confié. SpaceX se refuse toujours à commenter la vidéo qui a circulé peu après l'explosion. Quant à l'impact de l'incident sur le calendrier de SpaceX (l'essai habité était prévu cet été), Hans Koenigsmann est resté prudent. « J'espère que nous en nous en remettrons », a-t-il déclaré, ajoutant que la société disposait déjà actuellement de plusieurs autres capsules à différents stades de construction.

Récupération de la capsule Crew Dragon début mars 2019 après son amerrissage dans l'océan Atlantique au terme de son vol de démonstration aller-retour inhabité vers la Station spatiale internationale (ISS). Cette même capsule a explosé lors d'un test statique de ses moteurs-fusée SuperDraco le 20 avril 2019. © SpaceX, Isaac Watson/Nasa
Pour en savoir plus

Explosion de la capsule Crew Dragon : ce que l’on sait

Article de Floriane Boyer, publié le 26/04/2019 

Un nuage de fumée de mauvais augure s'est élevé de Cap Canaveral, en Floride, le 20 avril dernier, témoignant de l'explosion de la capsule Crew Dragon, développée par SpaceX, lors d'un test au sol de ses moteurs-fusée. D'après les dernières déclarations du Comité consultatif sur la sécurité aérospatiale de la Nasa, le test des douze moteurs Draco du véhicule spatial, de poussée plus faible, s'est bien déroulé, tandis que ses huit moteurs SuperDraco sont à l'origine de l'explosion.

La capsule était bien la même que celle qui avait réussi un voyage de démonstration inhabité entre la Terre et la Station spatiale internationale (ISS) début mars. Elle se destine à faire la navette jusqu'à l'ISS pour les astronautes de la Nasa. Le test statique du 20 avril a été réalisé pour préparer l'essai d'éjection d'urgence en vol, primordial en cas de pépin comme lors de l'échec du lancement du Soyouz en octobre 2018, en vue d'un premier vol habité initialement prévu cet été. Rien n'a encore été annoncé quant à un possible décalage de ce vol suite à l'incident, qualifié « d'anomalie » par SpaceX et la Nasa.

L'enquête se poursuit. Pour ne pas éparpiller les débris de la « scène de crime », SpaceX a décidé de modifier un peu sa prochaine mission de ravitaillement de l'ISS, toujours programmée pour fin avril, en posant le premier étage du lanceur Falcon 9 sur la barge de récupération Of Course I Still Love You au large de la Floride, plutôt que sur la zone d'atterrissage Landing Zone 1 à Cap Canaveral, lieu de l'explosion de la Crew Dragon.