En images, la violente éruption solaire du 30 mars

Classé sous :soleil , activité solaire , atmosphère solaire
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] D'immenses taches solaires observées par le satellite SDO  Alors que les taches solaires ont quasiment déserté la surface du Soleil depuis le début de 2017, voici qu’a surgi un archipel, début juillet, qui est rapidement devenu imposant. Le satellite SDO, de la Nasa, a pu observer ces régions actives, qui ressemblent à des tournesols, s’épanouir alors qu’elles transitaient sur la face de notre étoile tournée vers la Terre. 

Alors qu'une éjection de masse coronale « cannibale » est en train de déferler sur la magnétosphère terrestre, entrainant un épisode important de danse aurorale aux hautes latitudes ce jeudi, la région active AR2975, toujours la même (17 éruptions de classe C et M, assez modestes, se sont succédées au sein de la même tache solaire !) a été le théâtre, hier, d'une violente éruption. Cette fois, à la différence de toutes celles observées lundi, elle a été classée X1.3 sur l'échelle des éruptions solaires qui fait référence. Autrement dit, elle était d'une puissance rare (la classe X est la plus élevée).

L'événement a été enregistré par les différents observatoires solaires dans l'espace ce 30 mars 2022 aux alentours de 17 h TU, soit 19 h heure de Paris, avec un pic à 19 h 35. Évidemment, aux premières loges, le satellite SDO (Solar Dynamics Observatory) n'a rien manqué du spectacle qui s'est traduit par un vibrant flash dans la région active (images ci-dessus et ci-dessous).

Les chances qu'une nouvelle éruption de classe X se produise sont assez faibles (10 %) pour les prochaines 48 heures, selon les dernières prévisions. Comme l'archipel de tache sombre se rapproche du limbe, il est probable que l'éjection de masse coronale n'atteigne pas la Terre.

Le Soleil dans l'extrem ultraviolet imagé par la sonde SDO. © Nasa, GSFC, SDO