Mars : explorez le sombre cratère Moreux

Classé sous :planète mars , Mars Express , mars

Bienvenue dans le cratère Moreux ! Cette image fascinante en haute résolution, capturée par la sonde européenne « vétéran » Mars Express, raconte bien des histoires du passé géologique de notre voisine, Mars.

Situé tout au nord de Terra Sabea, région coincée entre la sombre Syrtis Major et Arabia Terra, Moreux a été creusé par l'impact d'un astéroïde voici plusieurs milliards d'années. L'énergie du choc qui a ramolli la croûte martienne a en partie donné cet aspect fondu à la bosse centrale née du rebond (elle s'élève à deux kilomètres). Bien que presque aussi étendu que le cratère Gale (135 kilomètres de diamètre contre 155 pour celui qu'arpente le rover Curiosity), sa forme et sa montagne au centre sont différentes. D'aspect ovale, la noirceur qui macule les différents niveaux intérieurs est un autre de ses signes distinctifs. Il s'agit probablement de dépôts éoliens de poussière volcanique comme ceux que l'on peut voir nettement sur la Lune.

Le sombre cratère Moreux. Image prise par la caméra HRSC (High Resolution Stereo Camera) de Mars Express le 30 octobre 2019. © ESA, DLR, FU Berlin, CC by-sa 3.0 IGO

C'est le vent aussi qui a dressé ces beaux champs de dunes noires aux motifs complexes que l'on peut admirer, épars, à l'intérieur du cratère de trois kilomètres de profondeur. Le vent et la glace... car les glaciers sont nombreux dans la région à fondre à répétition. Ces épisodes successifs sont récents à l'échelle géologique : quelques millions d'années seulement, estiment les chercheurs de l'ESA. On peut voir des chenaux qui ont forcé par endroits les remparts et se répandent sur le plancher du cratère, de même que sur les pentes du dôme central.

Pour découvrir dans les détails ce magnifique paysage martien, téléchargez la version en haute résolution.

L'érosion des glaciers sur les remparts du cratère Moreux. © ESA, DLR, FU Berlin, CC by-sa 3.0 IGO

Vue en perspective du dôme au centre du cratère Moreux. © ESA, DLR, FU Berlin, CC by-sa 3.0 IGO