La NIAC (Institut des Concepts Avancées de la NASA) a publié une étude fin 2002 sur tous les aspects d'un système d'ascenseur spatial, de la construction aux opérations.
Cela vous intéressera aussi

Premièrement, l'ascenseur serait constitué d'un câble d'une longueur de 91000 km et d'un diamètre variant de 1 micronmicron à 11.5 cm. Ce filin serait mis en orbiteorbite à l'aide d'une navette spatiale aidée de quelques propulseurspropulseurs supplémentaires, qui, une fois en orbite géostationnaireorbite géostationnaire, serviraient de contrepoids. Les forces centripètesforces centripètes repousseraient alors la partie haute du filin vers l'espace tandis que la partie basse serait attirée par la TerreTerre, mettant le tout en tension. Ce premier lien serait capable d'envoyer plus d'une tonne en orbite. Il suffira ensuite d'utiliser ce premier câble pour en mettre en orbite de nouveaux.

Ces filins seront constitués de nanotubes de carbone. Le plus gros défi technologique serait de construire 91000 km de nanotubes car aujourd'hui la technologie ne permet d'en construire seulement quelques centimètres. Le ratio actuel nanotube/résine epoxy est de 60/40. Il faudra réussir à descendre à 98/2. Les principaux risques liés au transport par ascenseur seront dus aux météoritesmétéorites, aux ouragansouragans ou aux attaques terroristes. Le filin pourra être réparé in-situ. Ce système ne nécessiterait pas de maîtriser la fusion nucléairefusion nucléaire. De simples batteries et panneaux solaires suffiront à alimenter l'ascenseur. La plupart des technologies nécessaires existent déjà ou existeront dans le court terme. Les prévisions actuelles prévoient un budget de 7 à 10 milliards sur 15 ans. Ce plan prévoit 2 ans de recherches sur les matériaux, 3 ans de définition du design, suivi de 7 ans pour la constructionconstruction des différents éléments. 3 ans seront ensuite nécessaires pour le lancement, l'assemblage en orbite et l'intégration finale.

L'ascenseur spatialascenseur spatial a été un concept futuriste pendant trop longtemps, il est maintenant à portée de main. Il permettra au grand public d'accéder à l'espace. Celui qui construira le premier ascenseur spatial contrôlera économiquement, politiquement et psychologiquement l'accès à l'espace pendant une longue période.