Sciences

Des nanotubes de carbone pour filtrer les ondes parasites

ActualitéClassé sous :physique , nanotubes de carbone , radiation nucléaire

Le fabricant de buses d'injection Fisa Ltd. a utilisé des nanotubes de carbone pour développer un détecteur de radiations nucléaires de taille réduite, précis et fiable.

Nanotube vu au microscope

Le dispositif détecte les radiations grâce à un scintillateur, un matériau cristallin qui émet de la lumière lorsqu'il est exposé à des radiations.

Afin d'empêcher le scintillateur de réagir à d'autres sources de radiations (par exemple électromagnétiques), son ouverture est recouverte par une couche de plastique mélangé à des nanotubes de carbone de l'épaisseur d'une feuille de papier. Cette couche permet de bloquer les ondes hertziennes, la lumière visible ainsi que d'autres ondes électromagnétiques afin que le scintillateur ne réagisse qu'aux radiations appropriées.

Même si ce produit n'est pas une innovation majeure dans le domaine des détecteurs de radiations nucléaires, il utilise l'une des multiples propriétés des nanotubes de carbone, qui montrent ainsi une fois de plus leur large spectre d'applications.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi