Sciences

Football vs Statistique : une rencontre au sommet

ActualitéClassé sous :physique , foot , statistique

La physique statistique s'applique à tout ... deux physiciens brésiliens l'ont donc appliquée au sport dans lequel ils excellent : le foot !

Football vs Statistique : une rencontre au sommet

L'étude :

Roberto Onody et Paulo de Castro, de l'Université de Sao Paulo au Brésil, ont analysé les données du CD-ROM publié par le magazine brésilien de football, Placar, concernant les 127 équipes et les 13.411 footballeurs qui ont joué dans 32 championnats brésiliens, entre 1971 et 2002.

Probabilité P(N) qu'un joueur ait joué dans N clubs. La ligne droite, rouge, correspond à la courbe théorique P(N) = 10-0,38N. Ainsi, il est 190 fois plus probable de trouver un joueur ayant appartenu à 2 clubs qu'à 8 clubs.

Les principaux résultats :

- Le nombre moyen de buts par match et par équipe est de 1,03.
- Le nombre moyen d'équipes dans lesquelles un joueur donné a évolué au cours de sa carrière est de 1,37.
- La durée de la carrière professionnelle des joueurs a tendance à s'allonger
- Le nombre de transferts de joueurs brésiliens vers des équipes étrangères est plus élevé qu'il ne l'a jamais été.
- La ségrégation entre les petits et les grands clubs s'est amplifiée, sous l'influence de la couverture télévisuelle des matchs.
- La probabilité pour qu'un footballeur brésilien ait joué dans un nombre donné de clubs ou ait joué un nombre donné de matchs présente une décroissance exponentielle alors que la probabilité qu'il ait marqué un nombre donné de buts suit une loi de puissance.
- La probabilité qu'un footballeur ait joué dans un nombre donné de matchs présente une valeur critique inattendue de 40 matchs (valeur à laquelle les données changent de comportement). Selon les auteurs, ceci peut indiquer, qu'après qu'un joueur soit devenu célèbre, il lui est plus facile de continuer à évoluer dans sa profession.

Probabilité P(M) qu'un joueur ait joué un nombre M de matchs.

Et ailleurs qu'au Brésil ?

En 2001, des physiciens de l'Université de Warwick au Royaume-Uni avaient analysé 135.000 matchs de football, joués dans 169 pays entre 1999 et 2001. Ils en avaient conclu que les matchs avec un total de plus de 10 buts se produisent seulement une fois sur 10.000 dans les ligues majeures britanniques contre une fois sur 300 dans le reste du monde et que l'équipe jouant à domicile avait tendance à gagner avec une moyenne de 0,51 buts par match.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi