Notre corps est capable de réguler lui-même sa température en réaction aux conditions environnementales. Les chercheurs rêvent de mettre au point un matériau qui serait en mesure de reproduire les mêmes prouesses. Ils ont peut-être trouvé la voie.
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Ce nouveau matériau peut changer de forme et de taille à volonté Des chercheurs de l'université de Harvard, aux États-Unis, ont développé un matériau pouvant ênull

« L'un des défis majeurs de la science des matériaux est de trouver un moyen de réguler la température des matériaux artificiels comme le corps humain peut le faire en relation avec son environnement », explique le docteur Mark Alston, professeur à l’université de Nottingham (Royaume-Uni).

La nature s'appuie sur des fluides pour réguler la température des mammifèresmammifères et des plantes. Des chercheurs de l'université de Nottingham ont donc décidé de s'inspirer du modèle de la feuille dont le système vasculaire module l'absorptionabsorption des radiations grâce à un écoulement microfluidiquemicrofluidique. Ils ont ainsi conçu un nouveau matériaumatériau thermofonctionnel en polymère de synthèse. Un matériau capable de réguler lui-même sa propre température.

Le matériau imaginé par les chercheurs de l’université de Nottingham pourrait servir aux brûlés. © Полина Власова, Fotolia

Le matériau imaginé par les chercheurs de l’université de Nottingham pourrait servir aux brûlés. © Полина Власова, Fotolia

Des brûlures aux engins spatiaux

Pour ce faire, ils ont utilisé un réseau de microcanaux dans lesquels circulent des fluides actifs. Les chercheurs sont finalement arrivés à leurs fins grâce à la modulationmodulation des flux, l'absorption sélective du rayonnement infrarouge, la transition d'un état à un autre...

Un tel matériau pourrait notamment servir à réguler la température de la peau des personnes souffrant de brûlures, à surveiller et à améliorer leur cicatrisationcicatrisation. Il pourrait également se révéler une aide précieuse en matièrematière de gestion des flux de chaleurchaleur sur les engins spatiaux. Mais avant cela, les chercheurs devront trouver des partenaires industriels pour passer à l'étape de démonstration de leur concept.