Le volcan martien Jovis Tholus, émergeant d'une ancienne mer de lave. © ESA, DLRF, U Berlin, CC by-sa 3.0 igo
Sciences

Mars livre des secrets de son passé sur ces images impressionnantes

ActualitéClassé sous :mars , Mars Express , étude de Mars

Une nouvelle fois, la sonde Mars Express nous dévoile de magnifiques images du paysage martien, dont la lecture permet de reconstruire un environnement volcanique où l'eau coulait librement.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Mars Express : 15 ans d'observation de Mars en haute résolution  Après avoir parcouru 500 millions de kilomètres pour rejoindre Mars, la sonde Mars Express en a arpenté le double depuis son installation en orbite il y a plus de 15 ans. Pour fêter l’anniversaire de sa caméra haute résolution HRSC, l’ESA et la DLR nous font visiter la Planète rouge à travers ses yeux perçants. Les paysages sont à couper le souffle. 

La sonde Mars Express, qui orbite autour de la Planète rouge depuis 2003, nous dévoile encore de nouvelles images à couper le souffle. Sur une zone relativement restreinte, la sonde de l'ESA a réussi à capturer un condensé de structures géologiques : volcan, canyons, coulées de lave, failles tectoniques et un étonnant cratère d'impact qui nous en apprend encore un peu plus sur l'histoire de Mars et sur la présence d'eau liquide à sa surface.

Un volcan émergeant d’une mer de lave

Les images nous révèlent avec une incroyable précision la morphologie d'un petit volcan, Jovis Tholus, situé à proximité du titanesque Olympus Mons. La caldeira, dont le sommet s'élève de 1 km au-dessus de la plaine, est bien visible. L'édifice volcanique est largement amputé par la présence d'un grand cratère, dont le fond est particulièrement lisse, tout comme la plaine environnante.

Cette morphologie suggère que le volcan s'élevait au-dessus d'une mer de lave qui couvrait toute la région. Les canyons striant la surface avec une orientation nord-sud semblent d'ailleurs comme effacés. On ne les voit réapparaitre de façon nette que dans le coin nord-est des images. Il s'agit en réalité de failles d'origine tectonique, antérieures à l'éruption du volcan, et désormais remplies par les laves des différentes éruptions. Ces failles témoignent de l’ancienne activité tectonique de la planète et de sa géodynamique désormais éteinte.

Mars Express dévoile de nombreux détails permettant de retracer l'histoire de cette région de Mars. Au centre, le volcan Jovis Tholus, au nord-ouest le cratère d'impact, bordé par une grande faille dont s'écoulent des traces de chenaux. © ESA, DLR, FU Berlin, CC by-sa 3.0 igo

À l'est de Jovis Tholus, les images topographiques révèlent un bombement, significatif de la présence à cet endroit d'un second volcan, bien moins développé. Le sommet du bombement est marqué par une grande fissure, très nette, d'où s'échappent des traces de coulées de lave. Cette morphologie fait penser à une activité éruptive caractérisée par un magma très fluide, s'échappant d'une fissure sans mener à la création d'un édifice volcanique, un peu comme ce que l'on peut observer sur Terre en Islande.

Un impact météoritique dans un sol gorgé d’eau

Un peu plus loin, au nord-ouest, un cratère de 30 km de diamètre marque profondément la surface du sol martien. La couronne d'éjecta qui l'entoure nous indique qu'il s'agit ici d'un cratère d'impact, causé par la chute d'une météorite ou d'une comète. La morphologie particulière des éjectas suggère que le météore a percuté un sol gorgé d'eau, sous forme liquide ou de glace.

Il ne s'agit pas là du seul témoin de la présence passée d'eau dans cette région. Les données rapportées par Mars Express montrent en effet des traces typiques d'un environnement fortement chenalisé, en particulier dans le coin nord-ouest de l'image. De la grande faille qui découpe le sol à cet endroit se connecte tout un réseau de chenaux. On peut même voir la présence de terrasses et de barres de méandres. La similarité avec des paysages fluviatiles terrestres est frappante.

La même image en dégradé de couleurs pour montrer les variations topographiques. Le bombement surmonté d'une fissure, au sud-est du volcan, est bien visible (en rouge), de même que les traces de chenaux dans le coin nord-ouest. © ESA, DLR, FU Berlin, CC by-sa 3.0 igo

Ces images nous font imaginer d'importantes quantités d'eau s'écoulant vers le nord-ouest via le grand canyon créé par une ancienne faille. Cette eau liquide résulterait de la fonte de la glace du sous-sol sous l'action du réchauffement de l'intense activité volcanique ayant dominé la région.

Sur une zone très restreinte, Mars Express nous délivre donc un tableau de l'environnement passé de Mars, où cohabitaient mers de lave et torrents d'eau liquide.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !