Sciences

Archéologie d'une pollution

ActualitéClassé sous :Homme , plomb , archéologue

Des fouilles effectuées à 100 km au sud-ouest de Dijon (France), sur le site supposé d'une ancienne ville minière, dans le but de chercher des résidus de plomb, ont d'une part confirmé la réalité historique de ce lieu minier et d'autre part permis de reconstituer son histoire environnementale.

Des fouilles archéologiques

Les archéologues pensaient qu'il y avait une activité minière dans la région concernée, le Morvan, avant le premier siècle de l'ère chrétienne, mais il n'y avait pas de confirmation directe de cela jusqu'à maintenant, a déclaré Fabrice Monna, de l'Université de Bourgogne (France).

Les résultats constituent par ailleurs un rappel au sujet de la durée des pollutions. Selon les chercheurs, 20 % de la pollution au plomb présent dans la tourbière aujourd'hui aurait été introduite avant le 11ème siècle et 50 % avant le 18ème siècle. Ceci démontre que toute pollution actuelle au plomb perdurera pendant des centaines d'années, indique Monna.

D'après les analyses, l'activité minière a commencé vers 1300 avant J.C. A cette époque, le plomb était une ressource précieuse. La pollution au plomb atteint un pic au 1er siècle avant J.C., après qu'une tribu celtique se soit installée dans la zone pour exploiter les riches dépôts de plomb, d'argent et de zinc, ainsi qu'au 19ème siècle, en pleine période de révolution industrielle.

Les chercheurs insistent par ailleurs sur le fait que les études environnementales actuelles devraient porter plus d'attention aux origines, à l'histoire des pollutions afin de ne pas surestimer l'impact des activités modernes.

Cela vous intéressera aussi