L'Esa a sélectionné trois missions candidates pour une phase d’étude technique et scientifique. Elle n'en choisira qu'une seule pour un lancement prévu en 2025. © ATG medialab

Sciences

En bref : exoplanètes, rayons X ou vent solaire ? L'Esa doit choisir...

ActualitéClassé sous :esa , Thor , Xipe

Étudier plutôt les exoplanètes, la physique des plasmas ou bien les émissions de rayonnement X ? L'Agence spatiale européenne (Esa) devra bientôt faire un choix. Ces trois thématiques sont en effet en compétition. L'une d'entre elles sera sélectionnée pour réaliser la quatrième mission de classe moyenne du programme scientifique Vision cosmique.

Après Solar Orbiter (2018), Euclid (2020) et Plato (2024), l'Agence spatiale européenne a sélectionné trois propositions de missions, parmi 27, pour devenir la quatrième mission de classe moyenne de son programme scientifique Vision cosmique. La mission sélectionnée sera lancée en 2025. Sans surprise, les thématiques retenues par l'Esa sont autant d'occasions de répondre à des questions passionnantes qui nous permettront de toujours mieux comprendre l'univers dans des domaines très variés.

Ainsi, avec la mission Ariel (Atmospheric Remote-Sensing Infrared Exoplanet Large-survey), l'Esa prévoit d'étudier l'atmosphère de 500 exoplanètes par spectroscopie de transit en orbite autour d'étoiles proches. Le but est d'en déterminer la composition chimique et les conditions physiques. Quant à Thor (Turbulence Heating ObserveR), ce satellite en orbite autour de la Terre s'intéressera aux problèmes fondamentaux de physique des plasmas spatiaux en étudiant notamment les interactions du vent solaire avec le champ magnétique terrestre afin de se faire une idée plus précise sur les interactions majeures entre les planètes et leur étoile.

Enfin, la troisième mission, baptisée Xipe (X-ray Imaging Polarimetry Explorer), ambitionne d'étudier les émissions de rayonnement X provenant de sources à haute énergie telles que les supernovae, les jets de galaxies, les étoiles à neutrons et les trous noirs. Pour les chercheurs, l'intérêt de cette mission est d'en découvrir plus sur le comportement de la matière dans des conditions extrêmes. Xipe sera le premier observatoire assez sensible pour effectuer des mesures à haute résolution de la polarisation de ces sources, ouvrant ainsi une nouvelle fenêtre sur l'univers des hautes énergies.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi