Moins d'un mois après la chute du satellite américain UARS, voilà qu'on annonce la possible retombée d'un autre de ces engins, le satellite allemand Rosat. S'il pleut des satellites actuellement, c'est à cause du Soleil...
Cela vous intéressera aussi

Souvenez-vous : le samedi 24 septembre à 4 h 00 TU les morceaux du satellite UARS (un engin de 12 mètres de longueur pour 6 tonnes qui avait été mis en orbiteorbite en septembre 1991) terminaient leur course au large de Pago Pago, la capitale des Samoa américaines, en plein Pacifique sud. Cette fois-ci c'est l'Agence spatiale allemande (DLR) qui laisse entendre que son satellite Rosat pourrait connaître le même sort entre le 20 et le 25 octobre.

Rosat (Röntgensatellit) est un télescopetélescope d'observation du ciel en rayons Xrayons X qui a fonctionné de 1990 à 1999. Il a notamment contribué à la découverte de deux lobes gigantesques émis par la Voie lactéeVoie lactée et a participé à la détection d'amas de galaxiesamas de galaxies aux côtés de Planck. Rosat ne cesse de descendre et devrait se retrouver en orbite à une altitude de 150 kilomètres de la TerreTerre entre le 20 et le 25 octobre. Il lui suffira alors de seulement 24 heures pour arriver jusqu'au sol. Rosat comporte un certain nombre de pièces en verre et en céramiquecéramique qui pourraient résister à la traversée de l'atmosphèreatmosphère terrestre et frapper la surface de la Terre, les plus gros morceaux pouvant atteindre 400 kilogrammeskilogrammes.

Cette augmentation du nombre de chutes de satellites est liée au regain d'activité solaire, un phénomène confirmé par l'observation des taches sur le Soleil. Selon Hugh Lewis, spécialiste britannique des débris spatiaux, « l'activité solaire provoque une expansion de l'atmosphère, qui se traduit par un effet de frein plus important sur les objets spatiaux. Il faut s'attendre à voir un nombre plus élevé de retours de satellites alors que nous approchons du maximum de l'activité solaire prévu pour 2013 ».