Illustration d’un astéroïde. © dottedyeti, fotolia

Sciences

La Chine va partir à la conquête d'un astéroïde

ActualitéClassé sous :astéroïdes , Espace , Astronautique

La Chine a annoncé le 18 avril le lancement d'une sonde vers le petit astéroïde Kamo'oalewa, emboîtant le pas des expéditions similaires lancées ces dernières années par l'Europe, les États-Unis et le Japon.

La mission, qui doit durer 10 ans, est à destination de l'astéroïde 2016 H03 alias Kamo'oalewa, un minuscule corps céleste de 41 mètres de diamètre qui évolue dans les parages de la Terre, à 5,2 millions de kilomètres au plus près, a annoncé la Cnsa, l'agence spatiale chinoise.

À l'instar d'Osiris-Rex (Nasa) et d'Hayabusa-2 (Jaxa), respectivement en orbite autour des astéroïdes Bennu et Ryugu, la sonde sera chargée de rapporter des échantillons prélevés à la surface de ce corps céleste découvert en 2016, a expliqué devant la presse le directeur du Centre d'exploration et d'ingénierie spatiale, Liu Jizhong, sans donner plus de précision sur la date du lancement de la mission.

À son retour vers la Terre, l'engin se divisera en deux : une capsule transportant les échantillons regagnera notre monde, tandis qu'un autre module se dirigera vers un objet céleste encore plus lointain, la comète 133P/Elst-Pizarro, située à plus de 300 millions de kilomètres de notre planète.

M. Liu a appelé les savants du monde entier à participer à l'expédition et à embarquer leurs expériences à bord de la sonde.


Détail de la surface de Bennu, astéroïde exploré actuellement par la sonde Osiris-Rex. © Nasa

Des missions en cours autour d’astéroïdes

L'annonce de cette mission chinoise survient alors que le Japon est parvenu en février à récolter des échantillons de Ryugu et a largué en octobre plusieurs petits robots dont le franco-allemand, Mascot. Pour rappel, ce dernier est considéré comme le petit frère de l'atterrisseur Philae, dont les aventures sur la comète Tchouri, à plus de 500 millions de kilomètres de la Terre, avaient passionné les foules en 2014. Lancé par la sonde européenne Rosetta (ESA), il avait été le premier objet terrestre à se poser sur une comète.

De son côté, la Nasa a fait survoler début janvier par sa sonde New Horizons l'objet baptisé Ultima Thulé, situé à la distance phénoménale de 6,2 milliards de kilomètres, au-delà de Pluton. Il s'agit du corps céleste le plus lointain jamais observé « de près » (à 3.500 kilomètres de sa surface).

Une autre sonde de la Nasa, Osiris-Rex, a établi fin décembre un record en se plaçant en orbite autour de l'astéroïde Bennu, à quelque 110 millions de kilomètres de la Terre. Avec ses 500 mètres environ de diamètre, c'est le plus petit objet cosmique autour duquel un engin spatial s'est placé en orbite aussi proche.

La Chine dépense désormais davantage pour ses programmes spatiaux civils et militaires que la Russie et le Japon, avec un budget évalué par l'OCDE à 8,4 milliards de dollars en 2017, soit le deuxième budget du monde après celui des États-Unis.

Ombre de Hayabusa-2 sur la surface de l'astéroïde Ryugu. © Jaxa
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

La Nasa veut envoyer des astronautes sur un astéroïde en orbite lunaire  Pour tester les technologies destinées à emmener des Hommes sur Mars, la Nasa veut les poser sur un morceau d'astéroïde préalablement capturé. Voici en vidéo une reconstitution d'un des projets les plus audacieux de l’agence spatiale américaine.