Sciences

Les voleurs du bol en or d'Hasanlu en flagrant délit 2.800 ans plus tard

ActualitéClassé sous :archéologie , Ethnies , citadelle d'Hasanlu

Les circonstances de l'ensevelissement d'un récipient en or dans les vestiges de la forteresse d'Hasanlu vers 800 avant J.-C., sont probablement déterminées : l'objet aurait été dérobé pendant la mise à sac des lieux par un peuple armé alors en pleine expansion territoriale.

Ce bol doré était la propriété d'Hasanlu, une ville riche, animée et fortifiée localisée sur les rives du lac d'Ourmia, en Iran, au IXe siècle avant J.-C. Les archéologues connaissent encore mal l'origine ethnique de ce peuple et leur langue. © Antiquity Publications Ltd

En 1958, dans le nord-ouest de l’Iran, des archéologues ont découvert, dans les ruines de la citadelle incendiée d'Hasanlu de l'âge du fer, un spectaculaire bol d'or écrasé par le poids des démolitions. À ses côtés, les restes de trois soldats. Pendant longtemps, les chercheurs ont débattu pour savoir s'il s'agissait de défenseurs d'Hasanlu ou d'attaquants.

Dans une synthèse historique et archéologique parue ce mois-ci dans le journal Antiquity, Michael Danti, archéologue à l'université de Boston, aux États-Unis, donne une explication argumentée des faits, à partir de différentes recherches déjà menées et de ses propres investigations sur le terrain. « Hasanlu est parfois décrite comme le Pompéi de l'ancien Proche-Orient en raison de sa couche de cendres et de décombres qui conserve plus de 200 corps », indique-t-il. La citadelle aurait fait l'objet d'une violente attaque-surprise : les premiers archéologues qui ont fouillé le site entre les années 1950 et 1970 y ont trouvé en effet des cadavres décapités et Michael Danti témoigne d'un corps coupé en deux.

Reconstitution de la mort des présumés voleurs du bol en or de la citadelle d’Hasanlu : l’escalier supérieur par lequel ils s’enfuyaient s’est effondré. Dans sa chute, l’individu SK37 est tombé dans les jambes de SK38 qui le suivait de près. L’effondrement d’un bâtiment peu après a étouffé les flammes et permis la préservation des matières (en rouge : du fer, en jaune : de l’or, en marron : du bois, en vert : du bronze-cuivre, en hachuré bleu : du textile). © Michael Danti, Antiquity

Des analyses bioarchéologiques des os sont nécessaires

Pendant la mise à sac de la forteresse, le précieux bol aurait été pillé par des soldats ennemis, puis enseveli avec ses voleurs dans l'effondrement d'un bâtiment duquel ils tentaient de sortir. Vêtu d'une tenue de guerre et armé d'une massue à pointes, le trio semblait avoir été bien préparé pour la bataille. « Je doute que ces hommes aient été secourir un bol précieux et beaucoup d'autres beaux objets avec peu d'espoir de sortie et alors que la citadelle se consumait et que ses occupants étaient abattus ou faits prisonniers », conclut Michael Danti. D'autres biens ont été retrouvés éparpillés autour des trois corps, comme des tissus, des ceintures parées de décoration, des récipients métalliques et d'autres objets délicatement sculptés.

Cette interprétation des événements soutient l'hypothèse que les guerriers appartenaient au royaume d'Ourartou constitué vers le IXe siècle avant J.-C. sur le haut-plateau arménien, autour du lac de Van, dans l'actuelle Turquie orientale. Les textes historiques indiquent que durant l'âge du fer, ce royaume était en développement autour d'Hasanlu au travers d'une violente campagne militaire. En outre, peu de temps après l'abandon de la citadelle, un mur de fortification ourartéen fut érigé sur ses ruines.

L'archéologue Michael Danti espère que d'autres chercheurs testeront son hypothèse au moyen d'analyses bioarchéologiques des squelettes : l'alimentation et l'eau potable y laissent des traces de biomarqueurs qui pourraient s'avérer révélateurs de l'origine géographique des guerriers : Hasanlu ou ailleurs.

Cela vous intéressera aussi