Mise en place du X-51A Waverider sous l'aile du Boeing B52 qui le transporte jusqu'à une altitude de 15 km avant de le larguer. Le nom de Waverider vient du fait que l'engin surfe sur sa propre onde de choc. © Wright-Patterson Air Force Base/Chad Bellay

Sciences

Le démonstrateur hypersonique X-51 a raté son vol d'essai

ActualitéClassé sous :aéronautique , Astronautique , X-51

Le doux rêve de la maîtrise des vitesses hypersoniques tarde à se matérialiser. L'US Air Force et Boeing, qui travaillent à la mise au point d'un moteur susceptible de les atteindre, ont une nouvelle fois raté un vol d'essai du démonstrateur X-51 A Waverider.

Deux ans après la déception du premier vol d’essai du X-51A, interrompu après 200 secondes de fonctionnement et au cours duquel l'engin avait réalisé une pointe à Mach 6, son deuxième vol d'essai s'est également soldé par un échec. Seize secondes seulement après s'être décroché de son avion porteur, un Boeing B52, le démonstrateur sans pilote est devenu incontrôlable en raison de la défaillance d'une ailette de commande.

Conçu pour voler pendant au moins 5 minutes à Mach 6, l'engin s'est abîmé dans l'océan Pacifique et ne sera pas récupéré. Seul point positif de cet échec : il n'est pas à mettre sur le dos du statoréacteur. Tel qu'il était planifié, ce vol d'essai prévoyait qu'un premier réacteur propulse le X-51 à Mach 4,5 (plus de 5.000 km/h) pendant 30 secondes avant que le statoréacteur prenne le relais, le conduise à une altitude de 21.000 m et une vitesse de Mach 6, à tenir pendant 5 minutes.

Comme le X-43, un autre démonstrateur hypersonique de la Nasa, le X-51 Waverider est largué de son avion porteur avant de mettre en route son système de propulsion. © Carla Thomas

Quelles applications pour le démonstrateur hypersonique X-51 ?

Des quatre engins construits, le consortium en charge du projet, constitué de Boeing, l'US Air Force, la Nasa, la Darpa et Pratt & Whiney, n'en a plus qu'un seul à sa disposition.

Quant à la finalité du projet, elle reste floue. Il ne fait guère de doute que les premières applications seront militaires, on pense évidemment à des armes hypersoniques comme des missiles à long rayon d'action, voire des drones de reconnaissance. À plus long terme, l'utilisation à des fins civiles de certaines technologies de ce programme est envisageable, mais il ne faut pas compter sur la réalisation d'avions de transport de passagers capables de rejoindre n'importe quel point du globe en 1 ou 2 heures d'ici quelques décennies.

Pour en savoir plus sur le fonctionnement des statoréacteurs, reportez-vous à notre article daté du 11 mai 2010 : Le X-51 Waverider, un curieux prototype hypersonique de la Nasa.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi