Avec une population de plus en plus vieillissante, les actions gouvernementales visent à favoriser le maintien à domicile le plus longtemps possible et à repousser un peu les inscriptions en maisons de retraite qui manquent déjà de place et de personnel… Mais dans ce cas, qui accompagne les personnes âgées face aux tracas de l’âge et à la perte progressive de l’autonomie ? Ce sont, dans la majorité des cas, les membres de la famille.

 

Cela vous intéressera aussi

Comme le définit le gouvernement, le proche aidant est une « personne qui vient en aide, de manière régulière et fréquente, à titre non professionnel, pour accomplir tout ou partie des actes ou des activités de la vie quotidienne d'une personne en perte d'autonomie, du fait de l'âge, de la maladie ou d'un handicap ».

Qui peut-être considéré comme un aidant familial ? Toute personne ayant des liens étroits et non professionnels avec le senior qui a besoin de cette précieuse aide au quotidien. Il peut s’agir du conjoint, d’un partenaire pacsé, d’un ami ou d’un descendant (enfant, petit-enfant…).

Par voie de conséquence, cette aide gratuite et quasiment sans limite a fait naître un enjeu psychosocial. Car non sans difficultés, ce n’est pas toujours évident pour les enfants ou les proches d’assurer le confort et de bien-être de leurs aînés sans avoir aucune connaissance professionnelle en gériatrie.

Le rôle d’aidant est loin d’être un fleuve tranquille

Cette implication de tous les jours a bien souvent un impact sur la santé physique et mentale des proches avec un sentiment de stress constant qui peut conduire à un état d’anxiété chronique.

Le saviez-vous ?

Le statut d’aidant familial est reconnu par l’État. En effet, depuis 2015 la législation tient compte de ce rôle indispensable pour accompagner dignement et avec beaucoup de soutien les proches face aux capacités physiques et cognitives qui diminuent.

Ce soutien sans relâche peut également entraîner dans les cas les plus préoccupants un épuisement moral mais aussi physique. Ceci est renforcé par le manque de temps pour soi tellement les aidants sont absorbés par l’état de santé de leur parent ou grand-parent.

L'aidant familial intervient dans différents domaines. © Andrea Piacquadio, Pexels
L'aidant familial intervient dans différents domaines. © Andrea Piacquadio, Pexels

Une meilleure considération du statut en vue

Pour sensibiliser le public, Europ Assistance a dévoilé une infographie pour mieux faire connaître le rôle mais aussi les droits des aidants. Ce document met aussi en lumière la nouvelle réforme en rigueur depuis janvier 2022 qui a tenu compte des problématiques rencontrées par les aidants et y répond avec une simplification des démarches. Il s’agit entre autres :

  • de faciliter certaines démarches administratives pour réduire le parcours de soin ou de traitement ;
  • d’augmenter l’AJPA (l’Allocation journalière du proche aidant) passant ainsi de 44 € par jour à 58 € et de permettre aux conjoints collaborateurs d’en bénéficier aussi ;
  • d’attribuer un congé « proche aidant » aux conjoints collaborateurs ainsi qu’aux accompagnateurs de personnes âgées du Groupe Iso-Ressource GIR 4.
L'aidant familial apporte une aide précieuse aux personnes âgées ou en situation de handicap, mais il a aussi droit à des temps de repos. © Europ Assistance
L'aidant familial apporte une aide précieuse aux personnes âgées ou en situation de handicap, mais il a aussi droit à des temps de repos. © Europ Assistance

Outre ces mesures, cette réforme comprend aussi une meilleure prise en charge financière pour les aides matérielles ainsi que les ressources de soutien humain :

  • des aides à domicile pour réaliser la toilette, livrer et donner les repas ;
  • des aides ménagères pour délester les personnes âgées et leurs proches des tâches quotidiennes pour assurer l’entretien de l’habitation ;
  • des services de relayage pour assurer une surveillance dans le respect et la dignité de l’individu, tout en garantissant sa sécurité ;
  • des aménagements spécifiques dans le logement pour le rendre plus accessible et adapté dans le but de réduire drastiquement le risque d’accidents domestiques ;
  • L’accès à un service de téléassistance mobile avec GPS pour prévenir les proches au moindre souci comme une chute ou un malaise.

Nombreux sont les aidants familiaux et il devenait urgent que le statut soit davantage reconnu et soutenu. En 2019, la DREES (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques) a dévoilé des chiffres clés au sujet de la dépendance des séniors. Et ce que l’on retient c’est que près de 3,9 millions de personnes sont déclarés comme étant des proches aidants, apportant une aide régulière et un accompagnement à un membre de leur famille !

Article rédigé en partenariat avec Europ Assistance