Santé

La contraception définitive : ligature des trompes et stérilisation tubaire

Question/RéponseClassé sous :grossesse , Sexualité , contraception
La contraception définitive peut se faire par stérilisation tubaire ou ligature des trompes. © Fotolia

La contraception définitive est également appelée stérilisation à visée contraceptive. En France, 40.000 femmes réalisent chaque année une contraception définitive. Deux méthodes sont autorisées en France :

Contraception définitive : la stérilisation tubaire 

La stérilisation tubaire consiste en l'insertion (par les voies naturelles) d'un petit ressort dans chacune des trompes. Réalisée au moyen d'un hystéroscope - un appareil qui permet d'inspecter l'intérieur de l'utérus par les voies naturelles donc sans intervention chirurgicale - cette insertion demande quelques minutes. Elle va provoquer une occlusion progressive de ces dernières au bout de 3 mois.

La stérilité n'est donc pas immédiate, les médecins exigent donc de leurs patientes qu'elles utilisent un autre moyen de contraception durant les 3 mois suivant la pose. À la fin de ces 3 mois, le médecin vérifie le bon positionnement des implants et s'assure que les trompes sont bien obstruées.

Cette technique est destinée à des femmes majeures, « n'ayant plus de désir de maternité », prend soin de préciser la Haute autorité de santé (HAS). Chaque année en France, environ 14.000 femmes en bénéficient. Elles doivent au préalable :

  • avoir reçu un dossier d'information de la part de leur médecin ;
  • observer un délai de réflexion de 4 mois ;
  • faire part de leur consentement par écrit.

Cette méthode est approuvée en France depuis 2004.

Contraception définitive : la ligature des trompes

La ligature des trompes est un acte chirurgical réalisé par cœlioscopie. Le médecin utilise du gaz pour dilater l'abdomen, puis il obstrue les trompes avec des colliers de métal, mais il peut également réaliser l'obstruction par brûlure ou par ablation d'une partie de la trompe. Dans tous les cas, aucun effet bien sûr sur l'équilibre hormonal, le désir ou le plaisir sexuel.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement).

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi