Santé

Traitement d'enfants par l'hormone de croissance

Dossier - Le scandale de l'hormone de croissance
DossierClassé sous :médecine , Hromone de croissance , contamination

-

L'hormone de croissance contaminée par des prions infectieux a causé le décès de plus d'une centaine d'enfants en France. Comment un tel désastre a pu arriver et comment éviter que cela ne se reproduise ? Telles sont les questions abordées dans ce dossier.

  
DossiersLe scandale de l'hormone de croissance
 

Pour des raisons variées, certains enfants déficitaires en hormone de croissance ont eu besoin d'injections de somatotropine. Avant l'apparition des méthodes de biologie moléculaire actuelles, l'hormone était issue de la purification d'hypophyses prélevées sur des cadavres.

Injection de l'hormone de croissance. © WikiImages, CCO

Pour obtenir une croissance correcte, la somatotropine doit être efficacement synthétisée et bien régulée. C'est pourquoi une suraccumulation de l'hormone dans le sang peut mener à des maladies. On parle de gigantisme ou d'acromégalie en fonction de l'âge auquel l'hypersécrétion s'est déclarée.

Anna Haining Bates était atteinte de gigantisme. On la voit ici aux côtés de ses parents. © DR

Il existe également des cas où au contraire la synthèse de l'hormone est déficiente. Cela peut être provoqué par une formation anormale de l'hypophyse avant ou après la naissance. Le défaut de somatotropine provoque ce que l'on appelle un nanisme harmonieux, différent du nanisme d'origine génétique.

Traitements par l’hormone de croissance

Dans le cas d'enfants déficients en hormone de croissance, il est possible d'administrer de la somatotropine en injection sous-cutanée afin de palier le manque. Certaines autres maladies génétiques provoquant un retard de croissance (syndrome de Turner, retard de croissance intra-utérin, syndrome de Prader-Willi...) peuvent également être traitées à la somatotropine. D'autres conditions sont également traitées à l'hormone mais son usage est encore controversé pour ces cas précis (sclérose en plaques, obésité, vieillissement...).

Le nanisme harmonieux peut aussi être provoqué par le syndrome de Turner (un seul chromosome sexuel de type X). © DR, CC by-sa 3.0

Avant les méthodes de biologie moléculaire que l'on connaît aujourd'hui et qui permettent de synthétiser l'hormone sans risque, la somatotropine était extraite d'hypophyses prélevées sur des cadavres qui ne devaient pas présenter de signes de démence. En effet, l'hormone étant synthétisée par l'hypophyse, située à la base du cerveau dans la selle turcique, des étapes de purification permettaient d'extraire la somatotropine. Les hypophyses étaient alors prélevées au moment des autopsies des cerveaux, ou par voie buccale (sans ouvrir le crâne). Environ 1.500 hypophyses étaient nécessaires à la fabrication d'un lot d'hormone, et chaque lot était ensuite divisé en centaines de doses.