Outre la rééducation périnéale, d'autres traitements alternatifs de l'incontinence existent. Voyons ici le biofeedback et les exercices de Kegel.

Biofeedback. © Monika Wisniewska, Shutterstock 
Biofeedback. © Monika Wisniewska, Shutterstock 

Le biofeedback (ou encore rétroaction biologique)

il s'agit d'une technique pour réapprendre à mieux contrôler son périnéepérinée grâce à l'utilisation de stimuli sensoriels (visuels et auditifs) envoyés par électrodesélectrodes posées en partie sur l'abdomenabdomen et de prendre conscience de certaines fonctions physiologiques. La visualisation des efforts musculaires est projetée sur un écran ce qui permet de mieux appréhender son périnée. Mais il est inutile de continuer si cette méthode n'apporte aucun résultat.

Exemple de biofeedback dans le traitement de l'incontinence. © CERP DR
Exemple de biofeedback dans le traitement de l'incontinence. © CERP DR

Les exercices de Kegel dans le traitement de l'incontinence

À pratiquer aussi bien chez l'homme que chez la femme, ils sont indiqués pour tonifier les muscles du plancherplancher pelvien. Ils visent à augmenter l'efficacité de la vessievessie, optimiser la tonicité des muscles ainsi que contrôler les périodes mictionnelles en réduisant considérablement les fuites d'urine. Ils sont fréquemment usités après un accouchement.

Pour un résultat concluant, il faut répéter pendant plusieurs semaines les exercices de contraction, être régulier et les faire correctement. Dans un premier temps, il convient de trouver les bons muscles à retendre. Pour cela, il est conseillé d'être assis et de ne pas hésiter à pratiquer plusieurs essais avant d'y arriver. Pour les identifier, il faut se mettre en situation et simuler l'envie d'uriner ou de laisser s'échapper les gazgaz. Dans le cas d'un échec, mieux vaut demander de l'aide à son médecin traitant ou à une infirmière. Une fois cette étape acquise et les muscles vérifiés grâce à la pressionpression ressentie sur le pourtour, les exercices peuvent commencer. Il est nécessaire de prendre son temps et de rester concentrer lors de cette étape car la contraction des mauvais muscles ne servirait à rien.

Le but est de répéter au moins cinquante fois par jour les exercices suivants : contracter les muscles pelviens, les retenir et compter jusqu'à cinq à chaque fois. Relâcher pendant cinq secondes et reprendre ce même exercice, qui est à répéter. En outre, un exercice rapide consiste à serrer puis relâcher les muscles du plancher pelvien le plus vite possible et ce pendant une minute. Dans la position couchée, une fois les exercices maîtrisés, il est conseillé de les faire assis puis debout. Enfin, la patience est la clef de ces exercices, tant pour trouver les bons muscles à contracter que pour constater l'amélioration, qui peut prendre jusqu'à douze semaines avant d'apparaître.