Santé

Symptômes et traitements

Dossier - La circulation veineuse
DossierClassé sous :médecine , circulation , veineuse

Olivier Berthon

-

Parlons un peu de nos veines...comment combattre les mauvaises habitudes et découvrons la meilleure façon d'améliorer notre circulation veineuse.

  
DossiersLa circulation veineuse
 

Une femme sur deux et un tiers des français souffrent de leurs jambes. L'hérédité joue en rôle important. Si votre mère ou vos parentes (grand-mères, tantes, sœurs...) ont des varices ou se plaignent de leurs jambes, vous avez plus de risques d'en souffrir aussi.

La grossesse et les autres périodes critiques de la vie féminine (puberté, contraception, ménopause) jouent aussi un rôle primordial ; elles peuvent provoquer l'apparition de troubles veineux chez les femmes jusqu'alors indemnes ; elles aggravent l'état de celles qui en souffraient déjà.

Certains autres facteurs favorisent l'apparition ou l'aggravation des troubles, surtout s'ils sont associés entre eux : la chaleur, la sédentarité, l'excès de poids ou la constipation. Il faut les connaître car il est possible de les combattre pour en limiter les effets.

La sensation de pesanteur des jambes est l'une des plaintes les plus précoces et les plus fréquentes. Elle est souvent associée à d'autres troubles : picotements, gêne, rougeurs, sensations de gonflement des chevilles...

Les varices et les petites dilatations veineuses ( les varicosités) sont les signes les plus visibles; mais il n'est pas souhaitable d'attendre qu'ils soient installés pour s'en préoccuper. Si vous ne savez pas quelle attitude adopter, n'hésitez pas à demander conseil à votre médecin, ou pharmacien.

Dès les premiers troubles, même discrets, il est utile de prendre les bonnes décisions, surtout si vous avez des craintes d'ordre personnel ou une prédisposition familiale.

Des règles hygièno - diététiques simples et efficaces constituent un bon moyen de lutter contre la souffrance veineuse. Votre pharmacien est bien placé pour vous conseiller et, s'il le juge nécessaire, vous suggérer de consulter un médecin. En tout état de cause, mieux vaut prévenir que guérir.

Quelques "bons conseils pour mauvaises jambes" vous aideront à limiter les risques.