Un médicament antiparasitaire approuvé par la Food and Drug Administration (FDAFDA) pourrait représenter une nouvelle voie de traitement pour lutter contre l'épidémieépidémie du virusvirus Ebola, qui sévit en République démocratique du Congo (RDC) depuis un an. Des scientifiques de l'hôpital pour enfants de Boston (Massachussetts, États-Unis) ont réalisé des expériences sur des cellules humaines afin de tester l'efficacité de ce traitement déjà commercialisé comme antibactérien, appelé nitazoxanide, pour traiter le virus Ebola.

Publiée dans la revue iScience, l'étude montre que ce traitement utilisé pour soigner des infections gastro-intestinales (causées par les bactériesbactéries Giardia et Cryptosporidium) a considérablement amplifié la réponse immunitaireréponse immunitaire à Ebola et inhibé la réplicationréplication du virus. Anne Goldfeld, médecin qui a dirigé l'étude, espère qu'après d'autres tests et validations, le nitazoxanide puisse faire partie de la solution pour lutter contre Ebola. « À l'heure actuelle, il n'existe pas de traitement facile à déployer pour Ebola. Il y a des vaccins très prometteurs, mais il n'y a pas de médicaments oraux peu coûteux », souligne-t-elle. Autre avantage du nitazoxanide : ses effets secondaires sont minimes et il est adapté aux enfants. « S'il se révèle efficace, ce traitement pourrait donc être facilement réutilisé pour le traitement ou la préventionprévention d'Ebola », estime Anne Goldfeld.