L'Agence de sécurité sanitaire française (AnsesAnses) met en garde contre les risques que peuvent présenter certaines substances chimiques présentes dans les couches jetables des bébés. Sur le banc des accusés, deux parfums (le butylphényl méthylpropional et hydroxyisohexyl 3-cyclohexène carboxaldéhyde), ainsi que certains hydrocarbures aromatiqueshydrocarbures aromatiques polycycliques (parfois cancérogènescancérogènes), des dioxinesdioxines ou des furanes.

Pour son évaluation, « la première » de ce type au niveau mondial, l'Anses a analysé 23 couches « parmi les plus utilisées », sans citer de marques, et a observé des dépassements de seuils sanitaires pour les substances précédemment évoquées. « La contaminationcontamination concerne tous types de couches, y compris les couches dites écologiques », assure le directeur général délégué de l'Anses Gérard Lasfargues. Les ministères de la Santé, de l'Économie et de la Transition écologique ont souligné qu'il n'y avait pas de « danger grave et immédiat », mais ont aussitôt exigé « des fabricants et des distributeurs qu'ils prennent avant 15 jours des engagements pour éliminer ces substances ».