Santé

Toumaï, un ancêtre roi de la polémique

ActualitéClassé sous :vie , toumaï , hominidé

En 2001, au Tchad, était découvert le crâne de Sahelanthropus tchadensis, alias Toumaï. Vieux de 7 millions d'années, il est identifié par Michel Brunet, responsable de l'équipe de paléoanthropologues ayant effectué la découverte, comme le plus vieil hominidé connu (la célèbre Lucy n'ayant que 3,2 millions d'années !). Dès la publication de son article en 2002 dans la revue Nature, une première polémique éclate. Les voix de différents scientifiques s'élèvent : pour eux, Toumaï serai plutôt un ancêtre des gorilles. Ce débat, qui n'est pas encore résolu, reste cependant dans le domaine scientifique. Car si notre vieil aïeul se trouve à nouveau dans la tourmente, il semble que des questions d'ego n'y soient pas tout à fait étrangères.

Crâne de Toumaï, le plus vieil hominidé découvert à ce jour (7 millions d'années)

Alain Beauvilain, géographe à Paris X, habitait au Tchad à l'époque et était de toutes les missions commanditées par Michel Brunet. C'est lui qui, accompagné de 3 tchadiens, fit la découverte du crâne et des mandibules de Toumaï. Cosignataire de l'article paru dans Nature, il estime que tous les honneurs reviennent injustement à Michel Brunet. Souhaitant « redonner leur place aux acteurs de base d'une découverte d'exception », il écrit en 2003 un livre intitulé "Toumaï, l'aventure humaine" dont la photo de couverture montre les 4 découvreurs tenant le fameux crâne... Ce qui ne manqua pas de provoquer les foudres de Brunet qui tenta de faire interdire l'ouvrage.

Mais cela ne s'arrête pas là. En mars 2004 Beauvilain publie dans le South African Journal of Science un article critique à propos du travail de Brunet sur les ossements de Toumaï. Selon lui et son co-auteur, l'orthodontiste Yves Le Guellec, Brunet aurait placé une molaire, retrouvée isolée du reste de la mâchoire, sur la mandibule droite au lieu de la gauche.

Brunet leur répond par le biais d'un article publié dans la même revue Sud Africaine et cosigné par 25 scientifiques français et étrangers. 27 autres ont signé une "lettre internationale de soutien". En étudiant « la morphologie de la couronne visible sur les images » ces nombreux spécialistes affirment que la dent incriminée est tout à fait à sa place sur le coté droit de la mâchoire.

Beauvilain fait à son tour appel à un collègue. C'est en la personne de Martin Pickford, professeur à Paris V, qu'il trouve du soutien. Ce chercheur, co-découvreur avec Brigitte Senut d'Orrorin (6 millions d'années) notre plus vieil ancêtre avant que Toumaï fasse son apparition sur la scène scientifique, pense que des doutes subsistent au sujet de cette fameuse molaire...

Toumaï le sahélopithèque n'est pas prêt de reposer en paix !

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi