Des échantillons de lait français et américain contient des traces d’iode 131, suite au nuage radioactif en provenance de Fukushima. Les doses sont néanmoins largement en dessous de celles observées après Tchernobyl et ne seraient pas toxiques.
Cela vous intéressera aussi

De l'iodeiode 131 a été détecté dans des échantillons de lait en France et aux États-Unis, rapportent simultanément l'Institut français de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) et l'Environmental Protection Agency américaine. Les résultats d'analyses confirment que cet isotopeisotope radioactif provient des rejets de la centrale nucléairecentrale nucléaire de Fukushima. Les doses retrouvées sont toutefois très faibles et non-toxiques.

L'analyse d'échantillons de lait effectuée le 25 mars en Loire-Atlantique par l'IRSN fait état d'un taux inférieur à 0,11 becquerelbecquerel par litre (Bq/l). Des prélèvements opérés à la même date à Spokane, dans l'État de Washington, situé sur la côte ouest des États-Unis, montrent un taux de 0,029 becquerel par litre.

Ces résultats sont supérieurs à la normale puisqu'en temps ordinaire aucune trace d'iode 131 ne doit être décelable dans le lait. Ils demeurent toutefois « 5.000 fois inférieurs au taux d'intervention déterminé par la Food and Drug Administration (FDAFDA) », indiquent nos confrères du New York Times. Ce seuil à ce jour est établi à 170 becquerels par litre.

Rien à voir avec Tchernobyl !

Par ailleurs, précisons que ces doses d'iode 131 restent bien en-deçà des valeurs observées en mai 1986 en France, un mois après l'accidentaccident de Tchernobyl. « On avait détecté 100 becquerels par litre dans le lait à cette période », indique Philippe Renaud, chef du Laboratoire d'études radioécologiques en milieux continental et marin à l'IRSN. Il rappelle également que « le lait est un des aliments les plus sensibles à la contaminationcontamination radioactive, après les légumes à feuilles. Il est contaminé par le biais de l'herbe chargée d'isotopes radioactifs et consommée par les vachesvaches ».

L'iode 131 a une demi-viedemi-vie de huit jours. En d'autres termes, il perd la moitié de sa nocivité en une semaine. Cet isotope radioactif est particulièrement toxique lorsqu'il est absorbé par la thyroïde. En cas d'exposition massive, les autorités sanitaires peuvent demander à la population visée d'absorber un comprimé d’iodure de potassium. Celui-ci sature alors la thyroïdethyroïde, réduisant ainsi le risque de cancercancer. En revanche, il est tout à fait déconseillé - et potentiellement dangereux - d'absorber ce médicament sans y avoir été invité par les autorités.