Santé

Sida : un nouveau vaccin pour ralentir la maladie

ActualitéClassé sous :médecine , vaccin contre le Sida , VIH

Une équipe de chercheurs de l'Hospital Clínic de Barcelona a développé un vaccin pour contrer temporairement l'évolution du VIH. Une avancée qui permettra d'améliorer le quotidien des personnes atteintes.

Le VIH, ou virus du Sida, agit en affaiblissant le système immunitaire, rendant ainsi les sujets atteints vulnérables à diverses infections. © Sebastian Kaulitzky, Shutterstock.

Selon les derniers chiffres de l'Onu, le nombre de personnes infectées par le VIH a augmenté en 2011, avec 34 millions de personnes touchées contre 33,5 millions en 2010. Pourtant, le nombre de décès a quant à lui diminué grâce à un meilleur accès aux traitements antirétroviraux, dont l'utilisation a augmenté de 63 % entre 2010 et 2012. Des médicaments auxquels vient aujourd'hui s'ajouter un vaccin, pour lutter encore un peu plus contre le Sida.

Lors des essais menés sur une quarantaine de patients qui ont interrompu leurs traitements antirétroviraux, le vaccin est parvenu à « contrôler temporairement la réplication du virus avec une réduction maximale de la charge virale de plus de 90 % par rapport à la charge initiale », indique l'hôpital dans un communiqué.

Le prochain Sidaction aura lieu les 5, 6 et 7 avril 2013. © Nabilchemli, cc by sa

Réduction temporaire de la charge virale

« Ce résultat est similaire à la réponse obtenue avec une monothérapie utilisant des médicaments antirétroviraux » qui agissent, eux, en inhibant le mécanisme de réplication du VIH à différents stades, précise l'hôpital. « Ce que nous avons fait, c'est donner des instructions au système immunitaire pour qu'il apprenne à détruire le virus, ce qu'il ne fait pas de manière, disons, naturelle » a expliqué Felipe Garcia, un des membres de l'équipe de l'Hospital Clínic de Barcelona, dont l'étude a été publiée dans la revue Science Translational Medicine.

Ce vaccin constitue une avancée dans la lutte contre le Sida, car il permet d'éviter temporairement la prise quotidienne de médicaments, et à vie, « qui cause des gênes aux patients en raison de possibles effets toxiques sur le long terme, en plus de son coût économique élevé », précise l'équipe de chercheurs.

Toutefois, le vaccin seul ne permet de réduire la charge virale que pendant une durée maximale d'un an, période à l'issue de laquelle les patients doivent reprendre les médicaments antirétroviraux.

Combiner les vaccins pour lutter contre le VIH

« À l'avenir, il faudra améliorer le vaccin et le combiner avec d'autres, thérapeutiques. Arriver jusque-là nous a pris sept ans et dans les trois ou quatre années à venir, nous allons travailler dans cette direction », affirme le chef du service des maladies infectieuses de l'Hospital Clínic de Barcelona, Josep Maria Gatell, qui a dirigé l'équipe de chercheurs.

Parallèlement aux études menées par l'hôpital, d'autres scientifiques continuent leurs recherches pour permettre un jour aux patients de guérir du VIH de façon permanente. C'est le cas par exemple du vaccin thérapeutique du Français Erwann Loret, dont les premiers essais cliniques devraient être lancés en fin d'année.

Cela vous intéressera aussi