Santé

On a plus de risques de mourir le jour de son anniversaire !

ActualitéClassé sous :médecine , Anniversaire , jour de la mort

Passé 60 ans, on a précisément 13,8 % de risques en plus de mourir le jour de son anniversaire pour cause de maladies cardiovasculaires, d'accidents, de suicides mais aussi de cancers. Plusieurs hypothèses sont envisagées, parmi lesquelles le stress ou le mal-être que déclenche le passage à l'année supplémentaire, appelé blues de l'anniversaire.

Et si le dernier souffle était celui qui éteint les bougies ? La probabilité de mourir le jour de son anniversaire reste très faible mais elle est un peu plus élevée que pour les autres jours de l'année. Et cela ne concerne que les personnes de plus de 60 ans. © Raj1020, Wikipédia, DP

L'anniversaire n'est décidément pas un jour comme les autres. S'il célèbre la naissance, il pourrait également commémorer la mort. Une étude parue dans Annals of Epidemiology explique que pour les personnes de plus de 60 ans, les risques de décéder le jour de leur anniversaire augmentent de 13,8 %.

Ce travail a porté sur 2,4 millions d'individus morts en Suisse entre 1969 et 2008. Parmi les différents facteurs incriminés, le stress procuré par l'événement y contribuerait fortement et faciliterait l'émergence d'accidents cardiovasculaires. Ainsi, ils ont noté une élévation de l'incidence de crises cardiaques de 18,6 %, des résultats significatifs aussi bien pour les hommes que pour les femmes. En revanche, la gent masculine est plus susceptible de succomber à un accident vasculaire cérébral (+ 21,5 %).

Cette recherche menée par des chercheurs de la Zurich Universität corrobore les résultats d'études menées en Amérique du Nord. Au Canada, une analyse montrait qu'il y avait davantage d'admissions pour un AVC en ce jour particulier, surtout pour les patients avec une hypertension artérielle déjà diagnostiquée. Aux États-Unis, les scientifiques ont constaté plus de morts pour des raisons cardiovasculaires lors de Noël et du jour de l'an, imputées surtout au stress mais aussi du fait qu'en ces jours de fête on écoute moins son corps et on néglige des symptômes qui nous auraient poussés en temps normal à consulter un médecin.

La mort s'invite parfois inopinément dans les cérémonies d'anniversaires. Mieux vaut ne pas la laisser franchir le pas de la porte ! © Thomas Claveirole, Flickr, cc by sa 2.0

Le blues de l’anniversaire, facteur de suicide chez les hommes ?

De manière plus surprenante, le nombre de victimes par cancer est supérieur de 10,5 % le jour de l'anniversaire et cette fois encore, il n'y a aucune différence liée au sexe. En revanche, les hommes de plus de 60 ans se suicident davantage (+ 34,9 %) et succombent bien plus fréquemment à des accidents (+ 28,5 %) hors conduite automobile lorsqu'ils prennent un an de plus. La mortalité pour cause de chutes augmente à elle seule de 44 %. Ce phénomène n'est pas observé chez les femmes.

Les spéculations autour des raisons qui amènent les hommes à se suicider vont bon train. Ainsi, comme pour tout qu'événement festif, la consommation d'alcool est plus importante qu'à l'accoutumée et faciliterait le passage à l'acte.

Une autre hypothèse concerne ce que les spécialistes nomment le blues de l'anniversaire. Le temps qui passe inexorablement, les années qui s'accumulent, entraînent parfois un sentiment d'inquiétude et de mal-être. Dans certains cas, le suicide pourrait être une manière d'exprimer son malheur.

En revanche, pour toutes les personnes de moins de 60 ans, la mort n'a pas plus de raisons de passer avec sa faux lors du repas d'anniversaire. Jusqu'à cet âge, on peut donc tranquillement souffler nos bougies !

Cela vous intéressera aussi