Santé

Nanomatériaux : quels dangers pour les consommateurs ?

ActualitéClassé sous :médecine , nanomatériau , danger des nanomatériaux

Les nanomatériaux envahissent peu à peu notre quotidien. Mais avec quelles conséquences sur notre santé ? Le Bureau européen des unions de consommateurs s'en soucie et le fait savoir en demandant davantage de transparence. En réponse, la Commission européenne se veut rassurante.

Les fullerènes, appelés aussi footballènes du fait de leur forme, sont des nanomatériaux carbonés que l'on trouve dans des composés pharmaceutiques, cosmétiques, électroniques ou photovoltaïques. Mais on ignore leurs effets sur les êtres vivants et l'environnement. © IMeowbot, Wikipédia, cc by sa 3.0

Le Bureau européen des unions de consommateurs (Beuc) s'inquiète via un communiqué du manque de transparence entourant la commercialisation des produits contenant des nanomatériaux. De son côté, la Commission européenne tient à rassurer. Elle promet d'améliorer la législation afin d'assurer la sécurité d'utilisation de ces produits.

Les nanotechnologies utilisent des matériaux qui sont rapportés à une échelle incroyablement petite. Un nanomètre en effet, c'est un millionième de millimètre, c'est-à-dire 10.000 fois moins que le diamètre d'un cheveu ! Au cours des dernières années, de nombreuses applications novatrices liées aux nanomatériaux ont été développées. Elles concernent plusieurs produits de consommation, tels que les filtres ultraviolets dans les crèmes solaires ou les textiles antiodeurs.

Dans sa course à la miniaturisation et l'amélioration des performances, l'informatique fait aussi appel aux nanomatériaux, notamment pour leurs propriétés de conductivité électrique. © Yaca2671, Wikipédia, cc by sa 3.0

Les nanomatériaux scrutés de près

Face à ce développement constant, le Beuc déplore que la Commission européenne « ignore les appels [...] qui tendent à obliger les producteurs de nanomatériaux à plus de transparence et à l'amélioration des tests préalables à [leur] mise sur le marché ».

Selon la Commission, les risques éventuels sont liés à la spécificité de certains nanomatériaux et de leurs utilisations. Par conséquent, « il convient de soumettre [ces substances] à une évaluation des risques [...] au cas par cas, sur la base d'informations pertinentes ». La Commission estime que le règlement européen Reach offre le meilleur cadre possible pour la gestion des risques liés aux nanomatériaux.

« Comme avec tout autre produit chimique, la politique "pas de données, pas de marché" devrait également s'appliquer aux nanomatériaux, rétorque Monique Goyens, directrice générale du Beuc. Il est préoccupant de constater que les fabricants puissent continuer à mettre sur le marché un produit dont la sécurité n'a pas été correctement établie. »

Cela vous intéressera aussi