Une équipe de l'Université de Tokyo menée par le professeur Kuzushige Kawai a montré que l'épigallocatéchine gallate (EGCG), molécule abondante dans les feuilles de thé, a une très forte affinité pour les récepteurs CD4 des lymphocytes T4.
Cela vous intéressera aussi

Ces récepteurs membranaires permettent au virusvirus du SIDASIDA de s'introduire dans les cellules, ou il est ensuite répliqué.

L'étude a mis en évidence qu'en se liantliant plus rapidement aux recepteurs, l'EGCG empêche l'attaque du VIHVIH.

Cette moléculemolécule ouvre une nouvelle voie de lutte contre la maladie en empêchant le virus de se répandre dans les cellules, les traitements actuels combattant le virus après sa propagation dans l'organisme.