Santé

Le gène Apobec3 protègerait-il du VIH ?

ActualitéClassé sous :médecine , gêne , gènome humain

Des chercheurs californiens du Gladstone Institute of Virology and Immunology annoncent avoir démontré chez la souris que le gène Apobec3 favorisait la production d'anticorps anti-rétrovirus. Au premier rang desquels le VIH...

Le virus du Sida utiliserait l'une de ses protéines pour contrer l'activité d'un gène de l'hôte. © L. Arthur et al., Science, 1992

Ce travail suscite beaucoup d'espoirs. Trop ? L'avenir le dira. Mais il pourrait déboucher sur l'accélération du progrès sur la voie d'un vaccin. Il reste néanmoins de nombreuses étapes à franchir. Les auteurs doivent d'abord valider l'hypothèse selon laquelle ce gène aurait le même rôle chez l'homme que chez la souris. Une chose est acquise, sa localisation dans le génome humain est similaire à celle de la souris.

Par ailleurs, une étude antérieure avait déjà évoqué le rôle d'Apobec3. Des Italiens disposant de plusieurs gènes Apobec3 ne sont jamais devenus séropositifs en dépit de nombreux contacts sexuels avec des partenaires infectés par le VIH. Ce qui expliquerait l'immunité naturelle de certaines personnes face au VIH.

Les scientifiques du Gladstone Institute of Virology and Immunology, qui viennent de publier leurs résultats dans la revue Science, ont étudié le processus qui inhibe ce gène si opportunément protecteur. Pour y parvenir, le VIH utiliserait une de ses protéines, appelée Vif, pour détruire deux autres protéines produites, elles, par le gène Apobec3. « Notre travail sur la souris suggère que la neutralisation de cette protéine Vif pourrait améliorer la réponse immunitaire au VIH. » Deux étapes essentielles restent à franchir : d'abord parvenir à obtenir cette neutralisation sur commande  chez l'homme, puis établir que la parade est efficace.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi