Consommer de l'alcool à outrance fait tourner la tête et se traduit souvent par un réveil difficile. Des chercheurs pourraient avoir trouvé le remède miracle. Sera-t-il bientôt disponible dans les pharmacies ? © Jaroslav Moravcik, Fotolia

Santé

Bientôt une pilule contre la gueule de bois ?

ActualitéClassé sous :médecine , gueule de bois , alcool

Il y a quelques années, une équipe de chercheurs annonçait être sur le point de créer une pilule capable de nous éviter la gueule de bois. Leurs travaux ont avancé et aujourd'hui, ils espèrent mener bientôt de premiers essais cliniques sur l'homme.

En 2013, des chercheurs de l'université de Californie à Los Angeles (Ucla, États-Unis) avaient mis au point une capsule contenant deux enzymes naturellement présentes dans notre corps et dont le rôle était de faire baisser rapidement le taux d'alcool dans le sang. Ils ont poursuivi leurs travaux et proposent aujourd'hui d'y ajouter une troisième enzyme, l'aldéhyde déshydrogénase, destinée à catalyser la transformation de l'acétaldéhyde en une substance inoffensive.

L'efficacité du traitement a été testée sur des souris. Les enzymes ont été enveloppées dans des coquilles. Et les nanocapsules obtenues ont alors été injectées aux cobayes et sont arrivées à destination dans leur foie. Après quatre heures, les souris traitées ont montré un taux d’alcoolémie inférieur de 45 % à celui des souris non traitées.

Selon les chercheurs de l’université de Californie à Los Angeles (Ucla, États-Unis), la capacité à décomposer efficacement l’alcool rapidement pourrait aider les gens à protéger leur foie contre les dommages liés à l’alcool. © jarmoluk, Pixabay, CC0 Creative Commmons

Des essais cliniques dans un an ?

En parallèle, les chercheurs ont vérifié que la concentration sanguine d'acétaldéhyde restait extrêmement faible. Et lorsque l'on sait que ce composé, produit pendant le métabolisme naturel de l'alcool, nous est particulièrement toxique, c'est à saluer. L'acétaldéhyde en effet est cancérogène et il est responsable des maux de tête et des vomissements indissociables de la gueule de bois.

Des tests avancés sont en cours pour s'assurer de l'innocuité de ces nanocapsules. Si ces tests s'avèrent concluants, des essais cliniques chez l’homme pourraient être lancés d'ici un an à peine. De quoi espérer trouver un remède à nos gueules de bois, mais aussi éviter peut-être une partie au moins des intoxications et des problèmes de santé liés à l'alcool.

Pour en savoir plus

Bientôt une pilule contre la gueule de bois ?

Qui n'a pas un jour rêvé d'avaler un cachet qui ferait disparaître rapidement la gueule de bois ? Voilà qui pourrait devenir réalité, dans un futur proche. Des chercheurs viennent en effet de mettre au point des nanocapsules renfermant un cocktail d'enzymes capable d'éliminer efficacement l'alcool.

Article de Agnès Roux paru le 09/08/2013

Après une fête bien arrosée, le contrecoup est souvent inévitable. Entre maux de tête, vomissements et sensation de bouche pâteuse, il est parfois difficile de récupérer et d'être rapidement opérationnel. L'origine de ces troubles n'est pas encore complètement élucidée. On sait cependant qu'ils sont causés par diverses substances : l'éthanol, l'acétaldéhyde et leurs congénères (des molécules dérivées).

Malheureusement, jusqu'ici, les recettes de grand-mère circulant de bouche à oreille se sont révélées peu efficaces, et il n'existe pas de véritable remède contre la gueule de bois. Des chercheurs de l'université de Californie se sont attelés à cette tâche et auraient trouvé la solution miracle pour soigner les effets d'une consommation excessive d’alcool. Leurs travaux sont publiés dans la revue Nature Nanotechnology.

« Tu t’es vu quand t’as bu ? » En cas de gueule de bois, il est conseillé de boire beaucoup d'eau. Cela vous fera peut-être du bien, mais ne vous rétablira pas pour autant rapidement. © Ivana Vasilj, Flickr, cc by nc 2.0

Les auteurs ont utilisé à leur avantage deux enzymes naturellement présentes dans les cellules et capables d'éliminer efficacement l’alcool. L'enzyme appelée alcool oxydase peut, comme son nom l'indique, oxyder l'alcool. En revanche, elle produit en retour de l'eau oxygénée, un composé tout aussi toxique. Heureusement, une autre enzyme, la catalase, peut résoudre ce problème en transformant ce produit en eau et en oxygène. Les chercheurs ont alors eu l'idée ingénieuse de réunir ces deux protéines dans des capsules composées de polymères et mesurant 10 nm de diamètre.

Une pilule du lendemain de soirée arrosée ?

La capsule protège les enzymes, mais permet à l'alcool de s'infiltrer. Elle représente ainsi une sorte de minifoie capable d'éliminer l'alcool. « Comme les aliments, les enzymes glissent dans notre tube digestif. En les intégrant dans une capsule, on les protège pour qu'elles soient toujours performantes », explique Yunfeng Lu, le directeur de l'équipe de recherche.

Pour tester l'efficacité de leur technologie, les scientifiques l'ont expérimentée sur des souris. Ils ont tout d'abord autorisé les rongeurs à s'abreuver de boissons alcoolisées, puis leur ont offert le cocktail enzymatique bienfaiteur. Chez les souris ayant reçu les nanocapsules, le taux d’alcool dans le sang a baissé beaucoup plus rapidement que chez celles n'en ayant pas profité. En effet, il était 15,8 % plus faible chez les rongeurs après 60 minutes de traitement, de 26,1 % après 90 minutes, et de 34,7 % après 180 minutes. Chez les souris qui ont ingéré les capsules en même temps que leur boisson alcoolisée, la concentration d’alcool dans le sang était même 36,8 % moins élevée que celles des souris non traitées.

Selon les auteurs, ce cocktail d'enzymes pourrait un jour être utilisé sous forme de pilules comme antidote après une intoxication à l'alcool. Il serait aussi un moyen de prévention, en prévision d'une soirée particulièrement arrosée.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Kézako : comment fabrique-t-on de l'alcool ?  L’alcool est une classe de produits chimiques, il en existe donc plusieurs types. Qu'il soit destiné à être consommé comme boisson ou utilisé comme produit industriel, sa fabrication est différente. Unisciel et l’université de Lille 1 nous expliquent, avec le programme Kézako, les différents procédés.